•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour des tarifs douaniers américains sur l’aluminium canadien

Tiges d'aluminium enroulées

En juillet, le premier ministre Justin Trudeau avait pourtant demandé au président américain d'y réfléchir à deux fois avant d'imposer de nouveaux tarifs sur l'aluminium canadien.

Photo : Sural

Radio-Canada

Les nouveaux tarifs douaniers américains sur les exportations d'aluminium canadien entrent en vigueur ce dimanche tandis que des voix s'élèvent pour que l'industrie soit compensée.

Le président Donald Trump a annoncé le 6 août dernier qu'il imposait à nouveau des droits de douane de 10 %, justifiant sa décision en mettant en avant la protection de l'industrie et des emplois, son credo de campagne.

Depuis le début de la pandémie, les alumineries canadiennes ont dû ralentir la cadence. La demande en produits fins ayant chuté, les producteurs se sont tournés vers l'aluminium primaire, plus générique, qu'elles expédient vers les États-Unis au grand dam de l'industrie américaine de l'aluminium.

Environ 84 % des exportations canadiennes d’aluminium prennent la direction des États-Unis. Le Canada est le quatrième producteur mondial d'aluminium, avec 2,8 millions de tonnes métriques produites en 2019.

Dimanche, le premier ministre du Québec, François Legault a répété que la décision américaine était « totalement inacceptable ». Il demande au gouvernement Trudeau de taxer des exportations américaines pour un montant équivalent. Une position que partage Ottawa.

Chrystia Freeland tient dans sa main une tasse lors de sa conférence de presse.

La vice-première ministre canadienne, Chrystia Freeland, en conférence de presse, vendredi, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

La vice-première ministre Chrystia Freeland était ainsi parmi les premières à réagir à l’annonce de Donald Trump, affirmant que l’aluminium canadien ne compromet pas la sécurité nationale des États-Unis.

L’aluminium canadien renforce la sécurité nationale des États-Unis depuis des décennies dans le cadre d’une coopération inégalée entre nos deux pays. Le Canada est un fournisseur fiable d’aluminium pour les fabricants américains générateurs de valeur ajoutée

Chrystia Freeland, vice-première ministre du Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé sur Twitter que le Canada imposerait des contre-mesures de valeur égale.

Consultations en vue de la riposte

Ottawa va consulter les Canadiens dans les prochains jours afin de déterminer les produits qui pourraient être taxés.

Par contre Mme Freeland a jusqu'ici refusé de s'engager à ce que les sommes ainsi récupérées soient investies dans l'industrie de l'aluminium, ce qui fait bondir le député bloquiste du Lac-Saint-Jean, grande région productrice d'aluminium.

Mme Freeland a laissé entendre que peut-être ça pourrait avoir l'air d'une subvention, il s'agit d'une mauvaise compréhension du dossier, ça ne contreviendrait pas aux lois internationales du commerce.

Alexis Brunelle-Duceppe, député bloquiste du Lac-Saint-Jean

C’est la deuxième fois en deux ans que le président Trump s’en prend à l'aluminium canadien, malgré l'Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), entré en vigueur le premier juillet.

En mai 2018, les États-Unis avaient imposé au Canada des droits de douane de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur les importations d'aluminium, alors que les deux pays étaient en train de renégocier l'accord de libre-échange nord-américain. Ces tarifs punitifs avaient été abandonnés un an plus tard.

À la fin du mois de juillet, l'Association de l'aluminium du Canada a déclaré que les exportations d'aluminium standard avaient diminué de près de 40 % au cours des deux derniers mois et a soutenu que la mise en place de mesures telles que des tarifs douaniers par le gouvernement américain ne [fera] qu'augmenter les prix payés par les fabricants nord-américains et les consommateurs qui achètent leurs produits.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !