•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché locatif du Grand Toronto bouleversé

Une affiche à louer devant une maison

Les prix en banlieue sont en augmentation.

Photo : CBC News

Radio-Canada

Le marché locatif du Grand Toronto continue de se métamorphoser en raison de la pandémie de COVID-19.

Le prix pour louer un appartement à Toronto continue sa chute, selon un récent rapport publié par Padmapper, un site web qui répertorie les appartements à louer partout au Canada.

Les loyers d'une et de deux chambres ont baissé respectivement de 8,7 % et 7 % depuis la même période l'an dernier, peut-on lire dans le résumé du rapport.

À l’inverse, les banlieues de Toronto coûtent beaucoup plus cher.

Le loyer d'une chambre à Barrie a grimpé de 5,1 % le mois dernier et de 13,1 % d'une année sur l'autre. Les loyers d'Oshawa pour les deux types de chambres ont bondi de 15 % depuis la même période l'année dernière et le loyer d'une chambre à Hamilton [est en croissance], de 9,8 % d'une année à l'autre, selon les auteurs du rapport.

Trois facteurs expliquent la baisse au centre-ville, selon l'agent immobilier Thomas Delespierre. 

Il explique que des logements de Toronto qui étaient auparavant consacrés à la location touristique - sur AirBnb par exemple - se retrouvent maintenant sur le marché locatif local. Par rapport à l'année dernière, on parle de 42 % d'augmentation de nouveaux [logements disponibles].

Nick Moretti, agent immobilier à Oshawa, estime que le marché, en ce moment et dans sa ville, est favorable aux vendeurs. [À Oshawa], il y a un problème d’inventaire. (...) Nous voyons donc les prix monter en raison de la demande.

Il y a aussi une baisse de la demande due à la COVID-19. De plus, certains locataires ont décidé de migrer vers des banlieues aux habitations plus abordables et plus spacieuses, selon lui.

L'attrait du centre-ville à l'heure actuelle n’est plus aussi [marqué] qu'avant la COVID-19. Le critère numéro un, c’était la proximité avec le [lieu de] travail. (...) Ce critère n'est plus aussi important aujourd’hui, dit-il.

M. Moretti abonde dans le même sens. Les gens en ont un peu plus pour leur argent en banlieue si on compare avec la ville, dit-il.

M. Delespierre ajoute estimer que le marché locatif de Toronto devrait retrouver bientôt sa tendance à la hausse habituelle.

Avec les informations de Myriam Eddahia

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !