•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier de Winnipeg blanchi pour une fusillade qui a gravement blessé un adolescent

Un dépanneur entouré de ruban jaune, avec des cercles de craie blanche marquant les point d'impact des balles de la police. Une flaque de sang est encore visible.

La scène de l'incident le lendemain de la fusillade.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

L’Unité d’enquête indépendante affirme qu’un agent du Service de police de Winnipeg a agi de manière raisonnable lorsqu’il a ouvert le feu sur un adolescent de 16 ans qui avait braqué un dépanneur 7-Eleven avec une machette.

Le rapport sur l’incident survenu le 21 novembre 2019 à l’intersection de la rue Arlington et de l’avenue Ellice a été publié vendredi.

Des témoins ont dit à l’Unité d’enquête indépendante que l’adolescent, qui semblait être enfermé dans le magasin, s’est mis à fracasser les portes en verre.

Lorsque la police est arrivée sur les lieux, des agents ont vu le jeune quitter le dépanneur avec un grand couteau ou une épée, écrit Zane Tessler, le directeur de l’Unité d’enquête indépendante.

L’adolescent a marché directement vers un agent en brandissant l’arme, selon le rapport.

Il a refusé de lâcher l’arme malgré les ordres des policiers, qui ont déployé une arme taser, qui n’a pas eu d’effet, poursuit le rapport.

Zane Tessler conclut que l’adolescent était dans une position où il aurait pu causer la mort ou des blessures corporelles graves [à l’agent] ou au public et aux conducteurs s’il continuait de marcher vers l’est.

La menace posée par [l’adolescent] était réelle, considérable et devait être neutralisée, poursuit-il.

L’Unité d’enquête indépendante a examiné les déclarations de neuf témoins civils, dont un père qui se trouvait dans le dépanneur avec ses deux enfants lors du vol et interviewé dix agents de police qui se trouvaient sur les lieux.

Zane Tessler indique que les témoins ont tous dit que l’adolescent avait une arme, qu’il se dirigeait vers l’agent qui a tiré les coups de feu en brandissant l’arme et qu’il se trouvait suffisamment près de l’agent pour l’atteindre avec celle-ci.

Inquiet pour le public

L’agent de police qui a tiré sur l’adolescent a dit à l’Unité d’enquête indépendante qu’il a tiré quatre ou cinq coups lorsque l'adolescent se trouvait à environ 3 mètres de lui et qu’il avançait dans sa direction.

Il a dit qu’il avait peur que l’adolescent ne le blesse et qu’il ne blesse des passants s’il échappait à la police.

Après les coups de feu initiaux, l’adolescent a continué de s’avancer vers le policier. Ce dernier dit qu’il a tiré à nouveau quand le jeune se trouvait à environ un mètre de lui.

Je crois que si je n’avais pas reculé de la ligne d’attaque, le suspect me serait rentré directement dedans [...] et m’aurait poignardé ou coupé avec la machette, dit-il.

Un dépanneur dans la nuit entouré de rubans jaunes de la police.

Le dépanneur 7-Eleven situé à l’intersection de la rue Arlington et de l’avenue Ellice, à Winnipeg, le jour de l'incident.

Photo : Radio-Canada

Le suspect démontrait clairement qu’il n’avait aucune intention de suivre mes ordres, et qu’il n’avait pas peur de la force que moi ou d’autres policiers pouvions utiliser contre lui, ajoute le policier.

Zane Tessler juge que l’usage de force potentiellement mortelle était nécessaire et inévitable.

Je suis satisfait que les preuves recueillies auprès de toutes nos sources offrent suffisamment de soutien à l’unique conclusion que la décision de [l’agent] de tirer sur [le suspect] était nécessaire pour empêcher des blessures ou la mort [de l’agent ou des personnes autour de lui], écrit-il.

Il conclut qu’il n’y a aucune raison de déposer des accusations contre l’agent.

L’adolescent qui a été blessé dans l’incident a refusé une entrevue de l’Unité d’enquête indépendante, mais les enquêteurs ont obtenu son consentement pour recevoir ses informations médicales.

Le rapport indique qu’il a été touché par cinq balles et qu’il a passé trois jours aux soins intensifs après avoir été opéré d’urgence.

Il a reçu son congé de l’hôpital en décembre et a alors été arrêté pour vol et possession d’une arme et envoyé en prison.

Avec les informations de Sarah Petz

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !