•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le passage d'une tornade, un long et minutieux travail d'enquête commence

Une immense tornade déferle sur un champ plat.

La tornade de Scarth, au Manitoba, a fait deux morts. Elle est classée, pour le moment, comme une tornade de catégorie EF2.

Photo : Aaron Jayjack/Twitter

Les prairies canadiennes voient leur lot de tornades en été. Une fois que ce phénomène météorologique est confirmé par Environnement Canada, un travail minutieux d’enquête commence pour déterminer la puissance de la tornade et parvenir à la classer sur l’échelle de Fujita améliorée.

À six jours d’intervalle, deux tornades ont touché terre à moins d’une cinquantaine de kilomètres d’écart dans le secteur de Virden-Brandon, dans le sud-ouest du Manitoba.

L’une d’elles, survenue le 7 août à Scarth, a fait deux morts et a été classée, de façon préliminaire, dans la catégorie EF2 de l’échelle de Fujita améliorée. La deuxième, qui s’est produite jeudi vers Alexander, a été catégorisée, là aussi de façon préliminaire, comme une EF0.

Qu’est-ce que l’échelle de Fujita améliorée?

L’échelle de Fujita améliorée est un système d’évaluation utilisé par Environnement Canada depuis 2013 pour déterminer les dégâts causés par le vent.

Elle est divisée en six catégories de 0 (faible intensité) à 5 (forte intensité) et permet d’évaluer la puissance d’une tornade grâce à 31 indicateurs de dégâts.

Pour parvenir à évaluer la puissance des vents d’une tornade, des météorologues et autres scientifiques se rendent sur place après le phénomène pour constater et évaluer les dégâts.

On a une liste de 31 indicateurs différents qui se rapportent, principalement, à des bâtiments, comme des habitations, des tours de bureaux, des arbres, des lignes hydroélectriques, etc., explique Matt MacDonald, météorologue à Environnement Canada.

Un silo endommagé.

Des silos à grains ont été endommagés par le passage d'une tornade à Scarth, au Manitoba, le 7 août.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

La liste comprend aussi des garages, des églises, des écoles, des bâtiments en métal, des silos à grains ou encore des centres commerciaux. Chaque catégorie contient une échelle affinée d’évaluation des dégâts en fonction des vents.

On a ensuite une rubrique très précise qui va nous permettre d’estimer la limite inférieure et la limite supérieure des vents. C’est en observant les dommages qu’on va pouvoir classifier l’intensité de la tornade, poursuit le météorologue, basé à Vancouver.

Qualité des constructions

Les spécialistes prennent aussi en compte la qualité de construction des bâtiments pour parvenir à classer une tornade.

En effet, des vents compris entre 180 et 220km/h, qui correspondent à la catégorie EF2, ne produiront pas les mêmes dégâts sur une grange en bois que sur un immeuble de logements construits en béton et en acier.

On va regarder la qualité de la toiture, l’utilisation de clous ou de vis pour relier les différents éléments ou encore la qualité du bois utilisé, détaille Matt MacDonald.

Les critères d’évaluation ont été définis en consultation avec des ingénieurs et des scientifiques. L’échelle est assez précise.

Matt MacDonald, météorologue à Environnement Canada

Les photos et vidéos prises par des amateurs viennent ensuite appuyer le travail des scientifiques, même si le météorologue rappelle que les gens doivent se mettre à l’abri lorsqu’une alerte de tornade est publiée parce que ce phénomène est extrêmement dangereux.

Les 4 conditions pour qu’un orage avec risque de tornade se forme :

  1. La chaleur avec des températures supérieures à 28 degrés Celsius
  2. L’humidité, qui produira des nuages
  3. De l’instabilité atmosphérique permettant la formation de cumulonimbus et le déplacement vertical de ces nuages
  4. Du cisaillement, c’est-à-dire le changement de direction des vents à la verticale
Des camions abîmés dans l'herbe.

Les dégâts sur les véhicules ne sont pas pris en compte pour évaluer la force d'une tornade.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Images satellites pour retracer la tornade

Les images satellitaires et les vidéos de drones sont aussi utilisées pour classer les tornades.

Ainsi, Greg Kopp, professeur à l’Université Western basée à London, en Ontario, et son équipe du Northern Tornadoes Project (en partenariat avec l’Université du Manitoba et Environnement Canada) sont parvenus à déterminer le tracé emprunté par la tornade de Scarth, ainsi que sa largeur, en analysant des images satellitaires.

Selon leurs calculs, celle-ci a parcouru 9,35 kilomètres et a atteint, au maximum, la largeur de 740 mètres.

On a analysé les images avant et après la tornade, explique Greg Kopp, alors que ces images ont une résolution de trois mètres par pixel. Ça donne une vue d’ensemble, dit l’ingénieur.

Les images de drones, elles, sont plus précises et permettent de mieux évaluer les dégâts. La résolution est plus élevée et on peut voir à l’échelle d’un bardeau, d’une branche d’arbre et ce genre de choses, précise-t-il.

Pas de véhicules

Par contre, les dégâts occasionnés aux véhicules ne sont pas pris en compte pour déterminer l’intensité d’une tornade.

Les dégâts aux voitures ne sont pas inclus dans la liste d’indicateurs de dégâts parce qu’il y a trop de variabilité, explique Matt MacDonald.

Il n’y a pas de consensus sur les dégâts causés par le vent sur les véhicules, abonde Greg Kopp.

Une voiture retournée.

Deux voitures ont été prises dans une tornade qui a fait deux morts à Scarth, au Manitoba, en août 2020.

Photo : Pompiers de Wallace

Pourtant, cet élément pourrait jouer un grand rôle dans l’évaluation de la tornade de Scarth puisque deux camionnettes ont été prises dans celle-ci. Deux jeunes de 18 ans qui sont morts pendant l'événement étaient dans l’une d’entre elles.

On est encore en train de discuter pour savoir ce qu’on fait concernant les véhicules pour cette tornade. Ils sont clairement une part importante des dégâts causés par celle-ci en particulier, explique l’ingénieur du Northern Tornadoes Project.

Si l’évaluation de l’intensité d’une tornade et sa classification peuvent parfois prendre des semaines, voire des mois de travail avant que l'on parvienne à un résultat, Greg Kopp estime néanmoins qu’il sera en mesure de déterminer l’évaluation finale de la tornade de Scarth en début de semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !