•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture d’urgence d’une partie de l’école Sophie-Barat à Montréal

Chargement de l’image

Une section de l’école Sophie-Barat est jugée dangereuse et nécessite des travaux majeurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À l’aube de la rentrée scolaire déjà compliquée par la pandémie, la direction de l’école Sophie-Barat, située sur le boulevard Gouin, dans le quartier Ahuntsic à Montréal, annonce la fermeture d’une partie du bâtiment principal en raison de sa vétusté et la relocalisation de plusieurs classes.

Dans une lettre adressée aux parents, dont Radio-Canada et d’autres médias ont obtenu copie, la direction indique que des expertises effectuées pendant l’été en raison de la fragilité de la maçonnerie ont mené à la conclusion suivante : une partie du pavillon principal est dangereuse et ne peut plus être utilisée par les élèves et le personnel.

La partie jugée dangereuse est celle du côté est du bâtiment. Cette section a été construite il y a presque 100 ans, soit entre 1912 et 1929.

Le directeur de l’établissement Jean-François Gagnon écrit : des travaux majeurs s’échelonnant sur plusieurs mois devront être réalisés afin de corriger cette problématique.

Le temps nous faisant défaut, nous devons composer avec une situation exceptionnelle ayant une quantité limitée de solutions, ajoute-t-il.

Dans un premier temps, les élèves de première et deuxième secondaire qui suivent le parcours d'enseignement régulier seront transférés de l’annexe où ils se trouvent à l’école St.Dorothy, située au 8961, 6e Avenue, dans le quartier Saint-Michel.

Grâce à l'espace libéré, les élèves de première et deuxième secondaire du programme DÉFI et tous ceux en adaptation scolaire seront ensuite déplacés du bâtiment principal à cette annexe, qui est située au 750, boul. Gouin Est, tout près de l'école.

L’obligation de quitter en urgence une partie du pavillon principal pour assurer la sécurité de tous est notre priorité, déclare Jean-François Gagnon.

L'école Sophie-Barat accueille plus de 1600 élèves, alors même que le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur prévoit une augmentation de 300 élèves dans le secteur pour les cinq prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !