•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quitter le Québec pour cultiver de la lavande à l’Île-du-Prince-Édouard

Un champ de lavande.

La ferme de Picnic Girl abrite actuellement environ 2100 plantes.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Québécoise d’origine, Hélène Bouchard a décidé de quitter Montréal et son métier d'instructrice de danse après avoir subi des blessures graves durant l’exercice de ses fonctions dans un studio de la métropole. Elle a dû faire le deuil de ses années de carrière bien établie et a demarré la ferme de lavande Picnic Girl en Atlantique.

Le terrain de 1,5 acre a été acheté en 2012, dans la région de Stanley Bridge, située à environ 35 km au nord-ouest de Charlottetown, près d’autres régions insulaires bien connues, notamment Cavendish et Rustico Nord.

Une femme parmi les lavandes.

Hélène Bouchard a pu commencer le processus d'exploitation de la lavande seulement en 2015.

Photo : Gracieuseté Picnic Girl

Le champ de lavande de Picnic Girl est ouvert aux visiteurs depuis 2017.

La ferme est spécialisée dans la fabrication de produits comestibles à base de lavande.

Une petit magasin bien décoré avec des fleurs. En avant du batîment, il y a un petit champ de lavande.

À la suite de l’acquisition du terrain, deux ans ont été nécessaires pour mettre en place les installations de la ferme.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Dans sa petite entreprise, qui est attachée à la ferme, Hélène Bouchard et sa famille fabriquent des confitures, de la limonade à la lavande, des huiles essentielles, entre autres produits.

Trois pots de confiture.

Selon Madame Bouchard, des pesticides ne sont pas utilisés dans la plantation. Les produits comestibles sont vendus sur place.

Photo : Gracieuseté Picnic Girl

Des ateliers culinaires sont offerts aux visiteurs durant l’été. Les cours montrent les façons d’intégrer la lavande dans la préparation de plats sucrés et salés.

Compte tenu de la pandémie, seulement un atelier de fabrication de couronnes de lavande a été offert cet été, à la ferme.

Un verre de limonade et un contenant de syrop de lavande.

Plusieurs essais ont été nécessaires pour arriver à une recette de limonade à la lavande, selon Hélène Bouchard

Photo : Gracieuseté Picnic Girl

Mme Bouchard explique que le processus de maturation des lavandes prend environ trois ans.

Afin d’assurer une présence continue de plantes en floraison dans sa ferme, elle a établi un système de rotation.

Au-delà d’une alternance des types de lavandes dans le champ, la fermière prévoit également, dans son calendrier de travail, des périodes de repos pour le sol entre les saisons.

La chaleur accablante raccourcit la saison estivale

Tout comme pour la plupart des agriculteurs de l’Atlantique, la saison d’été plus chaude que la normale a occasionné de conséquences pour la plantation de lavande.

Le processus de floraison s’est accéléré, ce qui mettra une fin prématurée à la saison de cette année.

Hélène Bouchard souhaite quand même que les lavandes restent en fleur jusqu’à la fin du mois d’août.

Un champ de lavande.

En raison de la crise sanitaire, la ferme Picnic Girl offre moins d'activités cette année.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

La pandémie de la COVID-19 : un obstacle pour la production d’huiles essentielles

Avant la crise sanitaire, les lavandes étaient transportées à Montréal. Le processus de distillation était fait dans la métropole.

La pandémie et les restrictions de déplacement entre les provinces ont obligé Hélène Bouchard à mettre sur pied une petite usine de distillation dans la province insulaire.

Les plantes étaient déjà en maturité pour la fabrication d’huile essentielle, ce qui a obligé la propriétaire de la ferme à se lancer rapidement dans la distillation des lavandes afin de ne pas perdre la production.

 On a dû commencer à distiller presque sept jours sur sept […] Le plus gros est fait maintenant!

La ferme de Picnic Girl est ouverte les dimanches, du midi à 16 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !