•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Split Lip et The Boss : rencontre sous haute tension entre deux grizzlis à Banff 

Un ours en poursuit un autre sur une route du parc national Banff, en Alberta.

The Boss a poursuivi Split Lit sur environ trois kilomètres, le long de la Bow River Parkway. Un règlement de compte qui semble avoir été déclenché par un désaccord territorial.

Photo : John E. Marriott

Radio-Canada

Voir des grizzlys dans les Rocheuses n’a rien d’exceptionnel. Mais être le témoin de la rencontre épique entre les deux spécimens les plus impressionnants de la région de Banff, sur fond de bataille territoriale, a tout d’unique.

Un moment légendaire, c’est par ces mots que John E. Marriott décrit la scène à laquelle il a assisté au début du mois de juillet. Le photographe animalier, établi à Canmore depuis 29 ans, est pourtant rompu aux scènes animalières les plus rares. Il a vu tous les animaux que la plupart d’entre nous rêvent de croiser : cougars, carcajous, loups et bien sûr grizzlys.

Alors qu’il campait avec sa famille le long du Bow Valley Parkway, près de Lake Louise, deux des ours les plus connus du parc national Banff, The Boss et Split Lip, ont tenté de régler leurs différends devant ses yeux, raconte-t-il lors d’un entretien à l’émission Calgary Eye Opener de CBC.

Ce vendredi 3 juillet, après un passage aux poubelles, le photographe accompagné de son fils de 19 mois, repère un gros grizzly qui vient dans sa direction.

Il a à peine le temps d’attraper son fils et de crier à sa femme de se munir du vaporisateur anti-ours que le grizzly, qu’il reconnaît comme étant Split Lip, se dirige vers le campement et s’arrête dans un champ à côté de leur emplacement. Là, l'animal semble ignorer totalement les choses et les personnes qui se trouvent autour de lui pour se délecter de pissenlits.

Un grizzly mâle dans un champ.

John E. Mariott dit qu'il n'avait pas revu Split Lip depuis une dizaine d'années. L'ours est pourtant l'un des plus célèbres du parc national Banff et s'est illustré cette année en mangeant le bébé d'une ourse, elle aussi célèbre.

Photo : John E. Marriott

J’attrape mon gros objectif, et puis je me retrouve à photographier un grizzly depuis l’auvent de ma camionnette, ça ne m’était jamais arrivé. Et ce n’était pas n’importe quel grizzly, mais l’un des gros titans du parc, se remémore John Marriott.

Course-poursuite sur 3 kilomètres

Une vingtaine de minutes plus tard, alors que l’ours se tient à l’entrée du camping, la femme de John repère un autre ours, qui est en train s’approcher. Je jette un oeil, et sans l’ombre d’un doute, je reconnais The Boss, raconte le photographe.

On était tellement proches de la scène que je n’ai même pas pu la photographier.

John E. Marriott, photographe animalier de Canmore

C’est un ours gigantesque, avec des plaies récentes... Dès qu’il a posé les yeux sur Split Lip, il lui a foncé dessus comme un train lancé à pleine vitesse, poursuit-il. Split Lip a esquivé la charge au dernier moment. S’en est suivie une course-poursuite à travers champs.

John Marriott et sa femme décident alors de suivre, en voiture, les ours qui se dirigent vers la route. La poursuite s’est déroulée sur au moins trois kilomètres. C’était vraiment un spectacle à voir, affirme John Marriott.

Un grizzly marche sur une route dans le parc national Banff, en Alberta.

The Boss, un grizzly qui pèse environ 250 kilos (entre 500 et 600 livres), est présent dans le parc depuis au moins une quinzaine d'années. Selon John E. Mariott, c'est le mâle dominant depuis les dix dernières années.

Photo : John E. Marriott

Après la poursuite initiale, et alors que les choses semblent s’être calmées, The Boss décide de revenir à la charge. C’était comme quelqu’un qui avait une mission à remplir, explique le photographe.

Des mâles très territoriaux

Il précise qu’aujourd’hui les deux grizzlys, qui sont présents dans le parc depuis au moins 15 ans, sont les deux plus célèbres de Banff. Le territoire de The Boss s’étend de Radium, en Colombie-Britannique, à pratiquement Jasper, dit-il en ajoutant que l’ours est le dominant depuis environ une décennie.

Ces deux grizzlys ont un territoire qui se chevauche, et les ours sont extrêmement territoriaux, principalement les mâles, précise-t-il.

Quant à déclarer un gagnant, pas de doute pour John Marriott : The Boss est toujours celui qui règne en maître. La suprématie pour le territoire de la vallée de la Bow s’est peut-être jouée le vendredi 3 juillet.

Avec les informations de Calgary Eye Opener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !