•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marée noire : la diaspora mauricienne du Canada se mobilise pour son pays

Les experts et les volontaires sont à pied d'oeuvre pour éviter le pire.

Sur une plage noircie par le pétrole, des gens habillés de combinaisons blanches se servent de pelles et de seaux pour ramasser le pétrole.

Selon les autorités il reste encore beaucoup de tâches importantes à accomplir de la part de l'équipe de sauvetage, dont le retrait des batteries du navire.

Photo : l'express maurice/afp via getty / DAREN MAUREE

Radio-Canada

C’est toujours la course contre la montre à l’île Maurice pour sauver la biodiversité et la plage de Blue Bay au sud-est du pays. Le Wakashio, un navire appartenant à une entreprise japonaise, a heurté fin juillet un récif à Pointe d'Esny.

Alors que sur place, les experts tentent d’empêcher que la partie du mazout encore dans le navire se déverse dans la mer, la communauté mauricienne de Toronto est choquée par la situation que vit son pays d’origine.

Quand le pétrole a commencé à sortir du bateau, j'étais très choquée parce que c’est un endroit économique, historique et écologique. L'eau turquoise de mon île fait partie de mon ADN. Le mazout peut attaquer nos coraux géants, les poissons, le crabe et les tortues, s'inquiète Diya Lim, Mauricienne d'origine qui vit à Toronto depuis 20 ans.

Le navire transportait un total de 4180 tonnes de pétrole. Environ 1000 tonnes se sont déversées dans l'océan et dimanche matin, le vraquier japonais s'est brisé en deux.

Diya Lim.

Diya Lim espère que l'île Maurice recevra l'aide nécessaire pour nettoyer la plage et l'eau.

Photo : Collection privée de madame Lim

L'île Maurice est très tournée vers le tourisme haut de gamme, secteur déjà frappé par la COVID-19, d'où l'inquiétude de Rajiv Bissessur, Torontois d'origine mauricienne.

C’est un endroit où on n’auraitune pas dû avoir ce naufrage. Nous sommes très fiers de nos plages, notre mer et le lagon qui sont magnifiques. On se demande quelles seront les conséquences pour le pays et la région surtout avec tout ce qui est arrivé à notre industrie touristique. C’est très difficile.

Rajiv Bissessur, Torontois d'origine mauricienne

M. Bissessur se réjouit toutefois que d’autres régions ne sont pas touchées et félicite les experts et les bénévoles pour leurs efforts afin de contenir le mazout.

Mobilisation de la diaspora à travers le Canada

Dévastée par la nouvelle, Joy Nursiah, une Canadienne née à l'Île Maurice, a décidé de collaborer avec d'autres Mauriciens de la région du Grand Toronto pour collecter des fonds afin d'aider l'effort de nettoyage sur place.

La résidente de Mississauga a lancé un groupe Facebook nommé WAKASHIO-Oil Spill-Canada, qui travaille avec des organismes à but non lucratif, notamment EcoSud, Sovlanatir et Lagon Blue.

Une jeune femme sourit devant un mur de brique.

Joy Nursiah, résidente de Mississauga, collabore avec d'autres Mauriciens de la région du Grand Toronto pour collecter des fonds afin de contribuer à l'énorme effort de nettoyage de son île natale.

Photo : Courtoisie : Joy Nursiah

Elle souhaite collecter suffisamment de fonds pour acheter des micro-organismes biologiques qui aideraient à décomposer le pétrole dans les zones où le nettoyage manuel est impossible. Nous espérons aussi obtenir un financement pour une plantation et une conservation des récifs coralliens, a-t-elle ajouté.

Mme Nursiah assure être en contact avec des ONG locales pour connaître les besoins en fournitures. Elle prévoit déjà d'envoyer des équipements de protection individuelle, des combinaisons et masques de plongée pour les bénévoles qui s'occupent de nettoyer les plages et qui s'exposent à du pétrole brut toxique.

Les associations culturelle Canada-Maurice à travers le pays se sont aussi mobilisées pour collecter les fonds.

Un projet pour la biodiversité

Pamela Pakium, la présidente de la section d'Ottawa, explique que l'objectif est de mettre sur pied un projet à plus long terme axé sur la préservation de la vie marine.

Les eaux mauriciennes sont extraordinairement riches en biodiversité, grâce à une abondance de récifs coralliens, d'algues et de mangroves.

On voit de grandes taches de pétrole dans l'eau turquoise.

Une vue aérienne montre comment le déversement de pétrole du MV Wakashio a affecté la mer entourant l'île Maurice.

Photo : afp via getty images / Stringer

Selon la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique, le milieu marin de l'île abrite 1700 espèces, dont environ 800 types de poissons, 17 espèces de mammifères marins et deux espèces de tortues.

Diverses ONG basées à Maurice seront invitées à soumettre une fiche technique détaillant le plan du projet, et trois universités canadiennes ayant leurs propres programmes de biologie marine aideront à déterminer la viabilité de chaque proposition. La communauté mauricienne au Canada sera ensuite invitée à voter pour le projet qui obtiendra le financement, précise Mme Pakium.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !