•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fresque féminine mondiale avec le film Femme(s)

Deux femmes portant un casque, des pioches et des lampes de mineurs se tiennent sur une pente rocailleuse.

Le film « Femme(s) » trace le portrait de 2000 femmes dans 50 pays.

Photo : Facebook/Woman/Femmes-Le film

Radio-Canada

Cinquante pays, deux mille femmes et tout autant d’histoires prenantes : le documentaire Femme(s), qui arrive le 14 août sur les écrans québécois, brosse un portrait vibrant de la condition féminine à travers la planète.

Décortiquer notre humanité, le réalisateur français Yann Arthus-Bertrand s’y consacre depuis des années. En 2015, le cinéaste avait livré un portrait franc et émouvant des dénominateurs communs de l’expérience humaine dans le film Human. Fruit de milliers d’entrevues réalisées par une équipe de 20 personnes dans 60 pays, ce long métrage abordait de grandes questions comme l’homophobie, l’amour, la pauvreté et l’avenir de notre planète.

Cette fois-ci, le réalisateur se penche sur la réalité des femmes, en tandem avec la cinéaste Anastasia Mikova. Centré sur des thèmes comme la maternité, l’éducation, le mariage ou encore la sexualité, le long métrage documentaire Femme(s) se veut une mosaïque vibrante de l’expérience humaine au féminin.

Certaines y racontent leur combat pour lutter contre les discriminations au travail, pour l'accès à l'école, parlent des violences subies dans leur couple, ou encore des réseaux de prostitution. D'autres gardent le silence pour présenter leur visage défiguré par une attaque à l'acide.

Malheureusement, la plupart des histoires que nous avons écoutées étaient douloureuses et nous font comprendre que la vie d'une femme est aujourd'hui encore souvent un combat , a confié Anastasia Mikova à l’Agence France-Presse lors de la projection du film à la Mostra de Venise en 2019.

Si le film plonge dans ces moments sombres, il offre aussi des lueurs d’espoir, d’émotion et aussi de joyeuse irrévérence lorsque les femmes parlent d’orgasme, de leurs règles et de leur rapport à leur corps.

C'est cette capacité à surmonter les épreuves, cette résilience des femmes que je retiens , a affirmé Anastasia Mikova.

Femme(s) prend l’affiche le 14 août dans les salles de cinéma du Québec.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !