•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fée verte au pays des distillateurs de la Saskatchewan

Mark Holinaty récolte les plants d'Artemisia Absinthium dans la région de Smuts, en Saskatchewan.

Unique distillateur d’absinthe en Saskatchewan, Mark Holinaty, de la distillerie Great Gido’s Homebrew, utilise des plantes sauvages pour la confection de la liqueur.

Photo : Radio-Canada / Vincent H. Turgeon

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Unique distillateur d’absinthe en Saskatchewan, Mark Holinaty, de la distillerie Great Gido’s Homebrew, tient sa recette et sa passion de son arrière-grand-père.

Tout commence pour lui lorsqu’il apprend que son grand-père, lui-même distillateur amateur, se préparait chaque matin une concoction faite à partir d’une plante poussant autour de la maison.

Au-dessus d’un verre rempli d’une liqueur verte, le vieux monsieur installait un morceau de sucre sur une cuillère trouée et versait de l’eau par-dessus.

Il n’en fallait pas plus pour que Mark Holinaty comprenne que son arrière-grand-père se préparait de l’absinthe.

Après quelques recherches sur le terrain familial, il découvre de nombreux plants d’Artemisia absinthium, la plante essentielle à la préparation de cette boisson alcoolisée verte. C’est alors que le jeune homme se met en tête de distiller sa propre absinthe, en suivant la recette oubliée de son arrière-grand-père.

« Je me considère comme très jeune dans le monde de l'absinthe. J'ai encore beaucoup à apprendre. Avec tout le savoir, le folklore et la mythologie qui entourent l'absinthe et la plante, je crois que ça me prendrait un bon 10 ou 15 ans pour tout savoir ce qu'il y a à savoir. »

— Une citation de  Mark Holinaty, distillateur et propriétaire de Great Gido's Homebrew
Mark Holinaty récolte les plants d'Artemisia Absinthium dans la région de Smuts, en Saskatchewan.

Selon Mark Holinaty, l’huile essentielle de la plante serait la meilleure lorsque celle-ci est coupée entre 11 h et 15 h, moment où le soleil est à son plus haut point dans le ciel.

Photo : Radio-Canada / Vincent H. Turgeon

À un certain moment

Le meilleur moment pour récolter la fameuse plante est lorsque les bourgeons ont éclos, mais que le pollen des fleurs ne s’est pas encore développé.

Ainsi, dans les dernières semaines du mois de juillet, on retrouve le distillateur au volant de son camion à parcourir les routes de gravier de la région de Smuts, au nord-est de Saskatoon, à la recherche de bosquets pour pouvoir récolter la plante.

Great Gido’s Homebrew serait l’unique distillerie au Canada à utiliser de l’absinthe sauvage pour préparer sa liqueur.

La complexité de la récolte ne s’arrête toutefois pas là. Selon Mark Holinaty, l’huile essentielle de la plante serait la meilleure lorsqu'elle est coupée entre 11 h et 15 h, moment où le soleil est à son plus haut niveau dans le ciel.

Mark Holinaty inspecte les fleurs des plantes fraîchement récoltées plus tôt dans la journée.

Mark Holinaty doit s'assurer de cueillir la plante au bon moment, juste avant que le pollen des fleurs ne se soit développé.

Photo : Radio-Canada / Vincent H. Turgeon

Folie et interdictions

De quoi ajouter un aspect particulier à la fabrication de cet alcool qui a déjà une certaine réputation. En effet, on disait autrefois que l’absinthe inspirait les artistes, créait des hallucinations, voire rendait les personnes qui en consommaient folles.

Le début du 20e siècle vit même une vague d’interdictions de ladite boisson dans de nombreux pays occidentaux, notamment en Belgique, en France et aux États-Unis pour n’en nommer que quelques-uns. Interdictions qui sont, aujourd’hui, pour la plupart levées.

Deux coupes d'absinthe accompagnées d'une fontaine d'eau glacée et d'une bouteille d'absinthe de Great Gido's Homebrew.

Autrefois, l'absinthe avait la réputation d'inspirer les artistes, de créer des hallucinations et parfois même de rendre fou.

Photo : Radio-Canada / Vincent H. Turgeon

Habituellement, sa récolte de la semaine lui suffit pour sa production annuelle de plus de 5000 bouteilles, qu’il commercialise à travers le Canada.

« J'aimerais envoyer quelques-unes de mes bouteilles en Europe, près de la frontière franco-suisse, où l'absinthe fut créée. J'aimerais voir comment mon produit se compare face à des gens qui en distillent depuis des siècles. »

— Une citation de  Mark Holinaty, distillateur et propriétaire de Great Gido's Homebrew

Avec l’apparition de plus d’une douzaine de microbrasseries et de distilleries à travers la province au cours des 10 dernières années, les amateurs de spiritueux ont maintenant une option supplémentaire parmi les produits fabriqués en Saskatchewan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !