•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les accusations contre l’avocat Christian Michaud sont abandonnées

Christian Michaud

L'avocat Christian Michaud

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Radio-Canada

Les accusations de nudité et de désordre public qui pesaient sur l’avocat Christian Michaud, ancien président du Barreau du Nouveau-Brunswick, sont retirées.

L’avocat bien connu dans la région de Moncton a comparu en Cour provinciale, vendredi matin. La cause est reportée au 18 septembre.

Toutes les charges ont été retirées et ont été traitées par voie de ce qu’on appelle de mesure alternatives. Donc, il n’y aura aucune charge nette qui sera déposée contre moi, ce qui veut dire qu’au 18 septembre tout ceci va être confirmé par le fait que les mesures alternatives ont été rencontrées, explique Christian Michaud.

Christian Michaud avait été arrêté pour s’être promené nu en causant du tapage dans son voisinage. Il a expliqué à l'occasion d’une autre entrevue, en mars, qu’il avait consommé par erreur des champignons aux propriétés hallucinogènes et qu’il croyait être comestibles. Une personne l’avait mal guidé et mal outillé, précise-t-il vendredi.

Comme exemple de mesures alternatives, il dit avoir reconnu ses fautes et accepté de payer les coûts du nettoyage de la voiture de police (85 $) dans laquelle il avait uriné peu après son arrestation.

L’expérience, ajoute-t-il, lui aura permis d’être beaucoup plus sensible à la question de la santé mentale.

Comme ancien bâtonnier, je me suis engagé auprès du Barreau du Nouveau-Brunswick de faire une tournée provinciale, même nationale, pour parler de ma propre expérience qui a été une psychose temporaire causée par une expérience qui a tourné très mal, comme on s’entend, affirme Christian Michaud.

Finalement, mon objectif est de parler de santé mentale, et surtout de mieux aiguiller les autorités à savoir bien conjuguer avec la santé mentale parce que ce n’est pas une question criminelle, la santé mentale, c’est une question justement de santé. Il faut l'aborder comme tout autre problème de santé.

Avec des renseignements de Margaud Castadère

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.