•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monde jurassique : domination brise la glace de la reprise des tournages

Un homme est agenouillé près d'un bébé vélociraptor.

Chris Pratt devant un bébé vélociraptor dans le dernier film de la série, « Monde jurassique : le royaume déchu »

Photo : Cineplex

Radio-Canada

Première grosse production à relancer la machine des tournages hollywoodiens, Monde jurassique : domination (VF de Jurassic World : Dominion) fait office de laboratoire pour l’industrie cinématographique américaine, appelée à bouleverser ses pratiques en temps de pandémie.

Nous sommes les cobayes qui vont faire le saut, a résumé la comédienne Bryce Dallas Howard, une des têtes d’affiche du film, en entrevue avec le New York Times (Nouvelle fenêtre).

À travers des dizaines de visioconférences réalisées sur Zoom, les vedettes du film, dont font notamment partie Sam Neill, Laura Dern, Chris Pratt et Jeff Goldblum, ont assailli de questions les responsables de la production afin de s’assurer que toutes les précautions nécessaires seraient mises en place.

Le résultat : un manuel de 107 pages détaillant les mesures exceptionnelles auxquelles devront se plier les membres de l’équipe du sixième film de la série à succès.

Un plateau unique en son genre

Nécessitant peu de lieux de tournage et ayant déjà commencé les prises de vues à Londres avant le début de la pandémie, Monde jurassique était le candidat parfait pour redémarrer l’industrie hollywoodienne.

L’exil est devenu une condition obligatoire à la reprise du tournage des films américains. Le nombre élevé de cas de COVID-19 en Californie et les longs délais nécessaires afin d’obtenir des résultats de tests ont forcé les équipes d’autres productions à faire leurs valises. C’est le cas du prochain film de la série Avatar, qui sera tourné en Nouvelle-Zélande.

À Londres, le studio Universal a retenu les services d’un médecin et de plusieurs infirmières, en plus d’acheter 18 000 tests de COVID-19.

Le studio Universal a également choisi de diviser l’équipe de 750 personnes en deux groupes distincts. Le premier comprend les départements qui n’ont pas besoin d’être présents lors des prises de vue, comme la construction de décors et les accessoires, et le deuxième, plus exclusif, regroupe le réalisateur, les acteurs et les actrices, ainsi que les membres de l’équipe technique dont la présence est essentielle.

Ce qui serait normalement un plateau fourmillant d’activité fonctionne désormais à équipe réduite, comme c’est traditionnellement le cas lors du tournage des scènes plus intimes.

Les membres du groupe exclusif uniquement ont accès à la zone verte, un endroit contrôlé du plateau. Les exigences y sont élevées : il faut passer le test de dépistage trois fois par semaine, les plateaux sont désinfectés avant chaque utilisation, et le lavage des mains est obligatoire en entrant et en sortant de la salle de repos.

En fin de compte, ces contraintes nous permettent de moins penser au coronavirus et de nous immerger dans l’univers que nous sommes en train de créer, note le réalisateur Colin Trevorrow, dans une entrevue téléphonique avec le New York Times.

Les têtes d’affiche du film sont confinées dans le même hôtel pendant les 20 semaines de tournage, du jamais vu. Après une quarantaine de 14 jours, les acteurs et les actrices peuvent désormais se promener librement dans l’hôtel, jouer au frisbee et répéter ensemble leurs dialogues.

Nous espérons que ces protocoles resteront en place, même dans un monde post-COVID. Ce sont des améliorations et rien ne semble énervant. C’est plutôt un éveil à des normes essentielles, croit Bryce Dallas Howard.

Le film Monde jurassique : domination sortira en juin 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !