•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une professeure de l’UQAT nommée co-directrice du Réseau Douleur

Une femme pose pour une photo professionnelle dans un couloir de l'UQAT.

Anaïs Lacasse, professeure en sciences de la santé à l'UQAT

Photo : Louis Jalbert

Janis Rivard

Anaïs Lacasse, professeure à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) assurera désormais le rôle de responsable des affaires cliniques pour le Réseau québécois de recherche sur la douleur (RQRD).

La professeure à l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en sciences de la santé sera responsable de consolider les priorités de recherches concernant le bien-être des personnes vivant avec de la douleur.

Le Réseau Douleur est une instance regroupant des recherches réalisées dans différentes universités du Québec, dans l’objectif d’améliorer la qualité de vie des personnes qui vivent avec de la douleur. Les chercheurs en douleurs font leurs recherches de leurs côtés, ils font leurs petites affaires, mais il y a des choses que, tout seul, on ne peut pas faire. C’est à ça que le Réseau sert, explique Anaïs Lacasse.

Un homme qui se tient le bas du dos, car il a de la douleur.

Avec le Réseau Douleur, différents chercheurs au Québec collaborent pour en comprendre davantage sur la douleur et la douleur chronique.

Photo : iStock

La doctorante en pharmacoépidémiologie est fière de voir l’UQAT se joindre au rang d’universités avec des facultés de médecine réputées. La recherche en santé à l’UQAT est en développement, c’est donc plaisant de pouvoir être là, d’être activement impliquée pour faire valoir la réalité des régions , affirme-t-elle.

L’ajout de l’UQAT au Réseau Douleur permet cette transmission de connaissances, qu’Anaïs Lacasse trouve essentielle. Si, par exemple, les recherches sont toujours faites dans les grands centres, il y aura peut-être des réalités qui ne seront pas capturées. Donc ça permet finalement d’élargir la perspective et le portrait , explique-t-elle.

La recherche en douleur

Étant également directrice du Laboratoire de recherche en épidémiologie de la douleur chronique de l’UQAT, Anaïs Lacasse est donc directement impliquée dans la recherche sur la douleur chronique. Le Réseau veut amener les chercheurs à travailler ensemble et à faire des choses qu’ils ne feraient pas chacun de leur côté dans leurs laboratoires. Donc, il faut s’assurer que les activités répondent aux besoins, finalement, des principaux intéressés : les patients, les personnes qui souffrent de douleur, les cliniciens et les décideurs , explique-t-elle.

Les recherches en douleur peuvent porter sur différents aspects, comme le passage d’une douleur aiguë à une douleur chronique ou les effets indésirables des analgésiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !