•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapides Deschênes : des conseillers réclament que le site soit sécurisé

Les rapides Deschênes à Gatineau l'été.

Les rapides Deschênes pourraient être aménagés pour devenir un centre de nautisme de renommée mondiale, ont plaidé en juillet des acteurs locaux (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des conseillers municipaux de Gatineau demandent que les rapides Deschênes, à Aylmer, soient sécurisés par le ministère des Transports (MTQ) en attendant une revitalisation du site des vestiges du barrage hydroélectrique.

En juin dernier, le MTQ avait lancé un ultimatum indiquant qu’il donnait aux intéressés jusqu’au 12 août pour soumettre une offre d’achat pour le site, sans quoi le ministère entendait démolir les vestiges. Devant une importante levée de boucliers le mois dernier, le MTQ a décidé de repousser la date butoir. Les parties intéressées ont maintenant jusqu’au 21 décembre 2021 pour présenter une offre d’achat.

La conseillère municipale du district d'Aylmer, Audrey Bureau, trouve qu'il s'agit d'une sage décision. Ce délai supplémentaire permettra aux intéressés de bien évaluer la faisabilité d'un projet de revitalisation tout en déterminant les prochaines étapes.

Le site est magnifique, souligne Mme Bureau. C'est le vestige d'une autre époque.

Mme Bureau s'inquiète toutefois pour la sécurité des citoyens, qui sont tentés de s'y baigner, malgré l'interdiction. Les importants remous font en sorte que cette zone est reconnue comme étant dangereuse, mais aucune affiche, barrière ou bouée n'avertit le public.

Depuis le début de l’été, les pompiers et les policiers de la Ville de Gatineau sont intervenus à quelques reprises pour secourir des citoyens en détresse. En juillet, deux kayakistes sont restés pris dans les rapides. Deux hommes dans la trentaine ont également dû sauter à l’eau alors que leur chaloupe venait de s’échouer dans les ruines, quelques jours plus tard.

Il faut trouver un moyen de le mettre en valeur de façon sécuritaire.

Audrey Bureau,conseillère municipale du district d'Aylmer

Tout comme Mme Bureau, le conseiller municipal du district de Deschênes, Mike Duggan, demande au MTQ d'agir.

J'aimerais qu'ils prennent ça au sérieux, au moins de monter des affiches et d'écrire que c'est dangereux. Ce n'est pas difficile à faire, peut-être que je vais le faire moi-même. Alors il faut qu'on avance, il faut que ce soit sécurisé, a-t-il déclaré.

Pour une revitalisation sécuritaire

Malgré tout, M. Duggan est ravi de la décision du ministère des Transports. Nous espérons tous préserver les ruines des rapides Deschênes, et beaucoup sont à la recherche d'un projet d'écotourisme dans la région, a-t-il déclaré.

Le président de l’Association des résidents de Deschênes, Howard Powles, se réjouit aussi de voir les délais s’allonger avant la possible démolition.

Un homme portant un polo bleu sourit. Derrière lui, on voit des arbres.

Howard Powless est le président de l'Association des résidents de Deschênes.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

M. Powles explique qu’un projet de Kayak en eau vive est à l’étude pour le moment. Questionné sur la sécurité du site, il indique que la démolition n'est pas essentielle et que le MTQ devrait privilégier des investissements en matière de sécurité.

Je ne comprends pas leur histoire de démolir, explique-t-il. Pour 100 000 $, on pourrait avoir beaucoup plus de sécurité qu'en ce moment.

Pour sa part, le MTQ entend rencontrer les intervenants intéressés cet automne, selon la porte-parole du ministère, Rosalie Faubert.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !