•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’École Louis-de-France se dote d’une serre chauffée et d’une classe extérieure

Des plants de légumes devant des jeunes qui jouent

Les élèves de l'École Louis-de-France, qui font pousser des légumes dans la cour d'école depuis quelques années, auront aussi une serre chauffée à compter de cette année.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Le projet agroalimentaire de l’École primaire Louis-de-France à Trois-Rivières prend encore de l’ampleur avec la construction d’une serre chauffée quatre saisons, qui doit être en service dès cet automne.

Une classe extérieure de 60 places, qui comprendra une aire de préparation et nettoyage des légumes, un espace de relaxation, doit aussi être aménagée dans la cour d’école. Des sentiers aménagés et des jardins thématiques doivent compléter l’environnement de l’école.

Julia Grenier, qui est directrice générale de la fondation AgrÉcole, a expliqué sur les ondes de Facteur matinal que les travaux vont bon train et que les élèves pourront profiter des nouvelles installations vers le mois de novembre. Les élèves pourront alors commencer à faire des semis pour voir les plantes grandir et ensuite récolter les fruits et les légumes de ces plants pour ensuite les déguster dans le bar à salade ou pour des activités pédagogiques agroalimentaires, a-t-elle illustré.

Des retombées au-delà de l’école

Depuis 2016, les élèves de l’École Louis-de-France cultivent et récoltent des fruits et légumes dans le cadre de leur cursus scolaire à chacun des niveaux, une première au Québec. Les élèves et les enseignants sont très fiers de participer au projet agroalimentaire de l’école, a rapporté Julia Grenier.

Ce qui est beau de l’agroalimentaire, c’est que c’est super concret pour des enfants.

Julia Grenier, DG d'AgrÉcole
Jeunes sur le gazon avec leur lunch

Les élèves de l'École Louis-de-France, à Trois-Rivières, jardinent à l'école et mangent le fruit de leur travail lors d'activités.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Les connaissances amassées sur l’agroalimentaire par les enfants dépassent souvent les frontières de l’école.

Ils arrivent à la maison et ils peuvent partager ça avec leur famille. Souvent, ça donne le goût à ces familles de faire un jardin à la maison, de cuisiner plus sainement et de manière moins transformée, d’acheter de façon locale, énumère la directrice d’AgrÉcole. L’établissement de niveau primaire est le théâtre d’un projet pilote qui pourrait inspirer d’autres écoles de la province. AgrÉcole a rapporté avoir été joint par de nombreuses directions d’école intéressée par le projet dans le cours de la dernière année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !