•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise autochtone de Regina crée des équipements de protection pour les écoles

Une salle de classe avec des pupitres surplombés par les cubes de plexiglas.

Une entreprise réginoise produit des cubes de protection en plexiglas pour les pupitres des élèves.

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Radio-Canada

Une entreprise de fabrication de métaux de Regina, détenue par une Première Nation, se lance dans la production d'écrans de protection en plexiglas pour répondre à la demande des écoles à moins de deux semaines de la rentrée des classes.

Cet équipement de protection, sous forme de cube, s’installe sur les pupitres, ce qui permet aux élèves de retirer leur masque.

À la suite du plan de retour en classe de la province, certaines écoles de la Saskatchewan ont opté pour des mesures de prévention supplémentaires, comme le port du masque obligatoire. Les autorités les encouragent également à trouver des méthodes originales pour assurer la sécurité des écoliers et du personnel scolaire.

L’entreprise Pro Metal Industries, de Regina, produit du matériel pour l’industrie gazière, minière et agricole. Depuis le début de la pandémie, cette entreprise, qui appartient à la Première Nation Pasqua, fabrique des équipements de protection personnelle, comme des masques, des visières ou encore des gants pour les travailleurs de première ligne.

Le président de Pro Metal Industries, Mark Brown, devant un prototype de son cube.

Le président de Pro Metal Industries, Mark Brown, montre la fabrication des cubes de plexiglas.

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Désormais, l’entreprise se concentre sur la rentrée des classes et l’aide qu’elle peut apporter aux écoles. Elle aidera tout d'abord le centre éducatif Chief Pasqwa, de la Première Nation Pasqua, dans le nord-est de Regina.

C’est cette école qui nous a inspirés pour déterminer les besoins pour la rentrée, affirme le président de Pro Metal Industries, Mark Brown.

Notre but avec ces cubes de plexiglas est d'empêcher la COVID-19 de se propager par les gouttelettes, soutient Mark Brown. L'entreprise vend chaque cube environ 400 $.

Selon la directrice du centre éducatif, Christina Johns, les cubes seront installés sur chaque pupitre. Les masques seront obligatoires dans l’enceinte de l’établissement, mais les écoliers auront droit à un moment de répit une fois assis à leur pupitre.

Christina Johns assise à un bureau derrière un écran de plexiglas.

La directrice deu centre éducatif de la Première Nation Pasqua, Christina Johns, veut donner un répit aux élèves qui portent le masque.

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

On ne peut pas porter son masque 100 % du temps, estime Christina Johns. Donc, c’est important d'avoir cette double protection autour des pupitres.

La collaboration avec cette école est une occasion unique pour l’entreprise autochtone, affirme Mark Brown. L’établissement se dote de son propre plan de retour à l’école, affirme M. Brown. Les responsables de l’école veulent faire mieux que ce que propose la province.

En plus des cubes de plexiglas, la petite entreprise fabrique des stations portables pour se laver les mains.

Mark Brown soutient que d’autres écoles ont souhaité acheter cet équipement, notamment un établissement de 300 élèves de Regina qui possède juste deux toilettes et souhaite avoir plus d’options pour le lavage des mains.

L’école de la Première Nation Pasqua sert de modèle pour les autres écoles, conclut Mark Brown. Beaucoup d’autres prennent cet exemple et se disent : "Nous ne savions pas que cela existait, nous voulons le mettre en place dans notre établissement."

Avec les informations de Heidi Atter et Bonnie Allen

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !