•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba aurait dû imposer le port du masque dans les écoles, selon les enseignants

Des enfants portant un masque.

Tout le personnel scolaire, tous les élèves, les parents et toute autre personne qui se rend dans une école au Manitoba à la rentrée devraient obligatoirement porter le masque, disent les responsables du syndicat.

Photo : iStock

Radio-Canada

La forte recommandation du port du masque dans les écoles manitobaines n’est pas une mesure suffisante, selon le syndicat représentant les enseignants de la province (MTS). Il aurait voulu que les autorités provinciales en imposent plutôt le port, lors de l’annonce faite jeudi.

Tout le personnel scolaire, tous les élèves, les parents et toute autre personne se trouvant dans une école au Manitoba à la rentrée devraient obligatoirement porter des masques, disent les responsables du syndicat qui représente plus de 16 000 enseignants.

Dans le document du plan de retour en classe présenté jeudi par le ministre de l’Éducation, Kelvin Goertzen, accompagné du médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, le port du masque est pour l’instant obligatoire uniquement dans les autobus scolaires pour les élèves à partir de la 5e année.

Dans l’école, le gouvernement recommande fortement le port du couvre-visage par le personnel et les élèves de la 5e à la 12e année. Cependant, la province indique qu’elle n’exclut pas la possibilité de le rendre obligatoire.

Enseignants suppléants

Le syndicat indique également qu’il aurait souhaité que la province s’engage à embaucher un nombre important d’enseignants suppléants pour répondre à un taux d’absentéisme des enseignants principaux qui pourrait être particulièrement élevé cette année en raison de la pandémie. Il rappelle qu’avant même la COVID-19, la pénurie d’enseignants suppléants constituait déjà un problème pour le milieu de l'enseignement et une forte absence des enseignants empirerait la situation.

Les responsables syndicaux demandent à la province de mettre en place un plan de tests accélérés pour les enseignants avant la rentrée. Ils soulignent que les enseignants sont des travailleurs de première ligne en ce temps de crise sanitaire et que ces tests permettraient de rassurer à la fois les enseignants et les parents.

Beaucoup d’anxiété

L’annonce faite jeudi visait également à répondre aux préoccupations des parents qui craignent d’envoyer leurs enfants à l’école à la rentrée. L’Association manitobaine des conseils de parents déplore que de nombreuses questions de parents demeurent sans réponses. Il y a beaucoup d’anxiété, lance sa directrice, Brenda Brazeau.

Cette dernière explique que les parents veulent savoir comment les écoles pourront contrôler les enfants dans les groupes fixes de 75 élèves. Les parents souhaitent avoir plus de précisions sur la manière dont sera faite la concordance entre le suivi des enfants qui ne pourront pas aller à l’école et l’enseignement des jeunes qui seront dans les classes.

Il n’y avait aucune information réelle en ce qui concerne l’apprentissage à distance et sa teneur, déplore Brenda Brazeau.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Plus de flexibilité

L’Association des commissions scolaires du Manitoba soutient le plan de la province. Le président de l'Association, Alan Campbell, croit que la plupart des gens prendront la recommandation de la province au sérieux, comme ils le feraient pour toute recommandation d’un médecin. D’après lui, en utilisant le terme fortement recommandé, les autorités offrent plus de flexibilité dans les cas où un élève ou un membre du personnel a un problème médical et ne peut pas porter le masque.

L’Association faisait partie du comité directeur qui a conseillé le gouvernement sur le plan de retour en classe.

La pandémie empêche le gouvernement provincial de répondre à toutes les préoccupations des parents et des enseignants. , dit Alan Campbell au sujet des questions des parents.

Avec des informations de Sean Kavanagh, Jill Coubrough et Cameron MacLean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !