•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'éclosion de COVID-19 au CHSLD Parphilia-Ferland prend de l'ampleur

Gros plan sur des mains gantées qui tiennent du matériel médical.

Une infirmière s'apprête à faire un test de dépistage de la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vingt-six cas de COVID-19 sont maintenant recensés au Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Parphilia-Ferland, à Saint-Charles-Borromée, au nord de Joliette.

L'éclosion touche 23 des 34 résidents de l'unité 1B, soit 3 de plus que jeudi, et 3 employés de l'établissement, annexé au Centre hospitalier régional de Lanaudière.

La direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière ne déplore toutefois aucun décès dans le CHSLD, où vivent 170 personnes.

Selon le directeur général adjoint du CISSS, Philippe Éthier, tous les résidents et les membres du personnel ont maintenant subi un test de dépistage, et une zone rouge pour les personnes contaminées a été installée.

L’ensemble des usagers sont en isolement, [qu'ils] présentent ou non des symptômes, a-t-il expliqué à Radio-Canada vendredi matin.

Les visiteurs et les proches aidants qui se sont présentés au CLSC dans les derniers jours seront également testés.

La santé publique dit prendre la situation très au sérieux et le premier ministre du Québec, François Legault, a confirmé jeudi qu'une enquête est en cours pour déterminer ce qui s'est produit.

« C'est quand même très grave, très préoccupant. On a déclenché toutes les procédures de dépistage. On s’est assuré d’avoir tout le personnel nécessaire. L’important, c’est d’intervenir très rapidement pour éviter qu’il y ait des conséquences graves. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

C’est certain qu’on est en train d’examiner si le matériel de protection a été utilisé, a-t-il poursuivi. C’est certain qu’il ne manquait pas d’équipements de protection, de masques ou autres à ce CHSLD.

Des éclosions « inévitables »

Selon M. Legault, il est pratiquement inévitable que de telles éclosions continuent de se produire dans des foyers pour personnes âgées.

Il va y en avoir des éclosions. Il y a des personnes – que ce soit des employés, des visiteurs, même des résidents – qui sortent de la résidence qui vont, malheureusement, venir contaminer d’autres personnes dans des résidences, que ce soient des CHLSD ou des résidences privées.

Stéphane Cormier, le président du Syndicat interprofessionnel de Lanaudière, estime quant à lui que beaucoup de questions se posent. Il évalue la possibilité qu'un membre du personnel ait pu apporter le virus dans les murs de l'établissement, mais souligne que cela pourrait être le cas de plusieurs autres personnes.

« Il faut comprendre que les visiteurs sont permis maintenant dans les centres d’hébergement. Il faut comprendre aussi que les admissions ont recommencé dans ces unités-là. Ils sont supposés faire un 14 jours en isolement, mais on a su qu’un patient ne l’aurait pas fait. Il l’aurait fait sur un autre étage. Est-ce que ça a un lien? On ne le sait pas », dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !