•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des femmes devront accoucher loin de chez elles dans les prochains jours dans l'Est

Photo d'une femme enceinte assise en tailleur, les mains sur le ventre.

Les femmes enceintes devront aller accoucher à Rimouski, Amqui ou Gaspé.

Photo : iStock

Radio-Canada

Il sera impossible d’accoucher à l'hôpital de Matane jusqu'à mercredi, et à celui de Maria, sauf en cas d'urgence, jusqu'à lundi.

Le manque de personnel infirmier formé en obstétrique est en cause, selon la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud.

Les femmes de la Matanie sur le point d'accoucher seront donc transférées à l'hôpital de Rimouski.

Cette rupture de service est en vigueur depuis vendredi matin et se poursuivra jusqu'au 19 août, 8 h.

Hôpital de Matane.

L'hôpital de Matane (archives)

Photo : Radio-Canada

Le problème de recrutement d'infirmières spécialisées en obstétrique perdure depuis quelques mois à l'hôpital de Matane.

Ce service y a notamment été suspendu pendant quelques jours à la fin du mois du juillet.

Le reste de la Gaspésie aussi touché

Depuis vendredi matin, l'hôpital de Maria ne dispose plus que d'une infirmière spécialisée pour dispenser des services d'obstétrique à la population. Cette découverture ne permet pas à l'hôpital d'assurer sur place les accouchements pour la fin de semaine.

Les femmes pourront être prises en charge par l'hôpital, mais seront transférées vers les hôpitaux d'Amqui ou de Gaspé. L'hôpital de Maria est quand même capable d'assurer les accouchements d'urgence, selon le CISSS de la Gaspésie.

Le service d'obstétrique de l'hôpital de Chandler est lui aussi dans une situation « fragile ». Seules les femmes qui vivent dans la région de Chandler et qui sont suivies par un médecin de l'hôpital seront prises en charge.

Les autres femmes sur le point d'accoucher sont invitées à se diriger vers l'hôpital d'Amqui ou celui de Gaspé.

Nos quatre sites-hôpitaux sont très fragiles, explique Johanne Méthot, directrice générale adjointe au programme santé physique générale et spécialisée et directrice des soins infirmiers du CISSS de la Gaspésie.

C’est la précarité et la pénurie des ressources humaines et particulièrement en période estivale [qui expliquent cette situation], détaille Mme Méthot. Durant cette période, les gens sont fatigués, et ils ont le droit de prendre des vacances, et pendant ce temps, on est plus fragiles.

Depuis le début de l'année, les unités d'obstétrique des hôpitaux de Chandler et Gaspé ont accumulé sept jours de rupture de service.

Avec les informations de Shanelle Guérin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !