•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les effets du conflit de travail au port de Montréal ressentis dans la région

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Devanture de la boutique Amis pour la Vie de Victoriaville.

La propriétaire de la boutique Amis pour la Vie, à Victoriaville, dit être touchée par le conflit de travail au port de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Le conflit de travail au port de Montréal commence à faire sentir ses effets dans la région.

Certaines marchandises ne peuvent être livrées à temps, ce qui déplaît à nombre de clients de l'entreprise de camionnage comme SGT 2000 de St-Germain-de-Grantham, elle-même frappée de plein fouet.

C’est sûr et certain que nos clients vont avoir des pénalités pour les produits qu’ils ne pourront pas vendre. On a aussi des conducteurs qui sont à la maison et qui ne travaillent pas parce que le port est fermé, constate Denis Coderre, président de SGT 2000.

Des commerçants affirment quant à eux perdre des ventes puisque certaines commandes n'arrivent pas à leurs magasins. C'est le cas pour la propriétaire de la boutique Amis pour la Vie de Victoriaville, Marie-Josée Ducharme.

Le mois d’août, ça va être des ventes en moins. Mais on a beaucoup de clients fidèles qui, je l’espère, vont nous attendre. C’est la faute de personne. Ce sont les habits de neige qui sont retenus là-bas. Ce qui n’est pas normal. D’habitude au 15 juillet, tout est rentré, regrette-t-elle.

La femme d'affaires exhorte ses clients à faire preuve de solidarité et de patience.

Un nouveau coup dur pour la communauté d’affaires

En cette période de reprise économique, la Chambre de commerce et d'industrie des Bois-Francs et de l'Érable déplore de son côté ce nouveau coup dur pour la communauté d’affaires.

On a eu le blocus ferroviaire un peu plus tôt cet hiver. On a eu la pandémie. On est en période de relance et c’est déjà très difficile, souligne Geneviève Thibault, présidente de la Chambre de commerce et d'industrie des Bois-Francs et de l'Érable.

Ça complique beaucoup la relance qu’on est en train de mettre en place.

Geneviève Thibault, présidente de la Chambre de commerce et d'industrie des Bois-Francs et de l'Érable

Comme le note Mme Thibault, le conflit de travail au port de Montréal complique les choses pour les entreprises autant au niveau de l’approvisionnement en matières premières qu’au niveau de l’exportation. Elle espère un dénouement rapide de ce dossier.

Pour Alain Rayes, député fédéral conservateur de Richmond-Arthabaska, le gouvernement fédéral devrait s’impliquer plus activement pour régler ce conflit. Le gouvernement a refusé clairement de travailler avec les deux partis [...] et laisse les gens seuls dans ce dossier, regrette-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !