•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon entame une réforme des services de santé et services sociaux

Pauline Frost sourit devant un écran.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales Pauline Frost souligne que la réforme annoncée du système de santé prendra du temps.

Photo : Radio-Canada / Steve Silva

Radio-Canada

Le gouvernement du Yukon a annoncé jeudi son intention de réformer tout le système de santé et de services sociaux en adoptant les 76 recommandations du rapport d’expert « La population d’abord » présenté en mai dernier.

Le rapport élaboré au cours des deux dernières années propose entre autres la création d’une agence publique pour l’administration des hôpitaux, des centres de soins prolongés et des polycliniques créées pour remplacer les cliniques médicales privées.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Pauline Frost, a affirmé que cette réforme devra se faire en collaboration avec les Premières Nations, les municipalités et les organismes à but non lucratif.

[Cette réforme] parle d’un changement à travers le système qui aura un impact sur tous les Yukonnais, dans toutes les collectivités.

Pauline Frost, ministre de la Santé et des Affaires sociales

Selon Mme Frost, les objectifs sont d'améliorer l’expérience des patients, atteindre de meilleurs résultats en santé et obtenir une meilleure rentabilité pour l’investissement.

La ministre ajoute qu’il faudra du temps et des investissements pour atteindre ces objectifs de taille. Certaines recommandations, dit-elle, nécessiteront beaucoup de consultations, mais certaines sont déjà en cours.

L'extérieur de l'urgence à l'Hôpital général de Whitehorse.

Pour l'instant, c'est la Régie des hôpitaux du Yukon qui gère les établissements de Dawson, Watson Lake et Whitehorse.

Photo : Steve Silva/CBC

Pauline Frost annonce ainsi d’emblée que les prestations pour voyages médicaux seront doublées, soit 150 $ par jour, et calculées dès le premier jour du déplacement plutôt que le second.

Elle souligne également l’intention du gouvernement de créer un programme universel d’éducation à la petite enfance abordable qui permettra d’améliorer les résultats à long terme de tous les aspects du développement.

Une première polyclinique bilingue

En conférence de presse, la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Pauline Frost, a confirmé par ailleurs que la première polyclinique sera une clinique bilingue proposée par la communauté franco-yukonnaise.

Cette polyclinique rassemblera des médecins, des infirmières et d’autres services. Le sous-ministre Stephen Samis a affirmé lors de la conférence que le territoire a déjà reçu du financement d’Ottawa pour l’élaboration de cette polyclinique bilingue.

Une femme consulte un médecin, qui prend des notes.

Le projet d'une clinique bilingue à Whitehorse est une priorité de la communauté franco-yukonnaise depuis de nombreuses années.

Photo : iStock

Un comité de travail a par ailleurs été créé pour réfléchir avec les médecins à la création de ces polycliniques puisque les cliniques actuelles sont des entreprises privées.

Le sous-ministre ajoute que [l’association médicale du Yukon] a indiqué à la publication du rapport que les médecins voulaient vraiment s'asseoir et discuter.

Une approche holistique

Cette réforme de tout le système vise à intégrer les services en fonction des besoins des Yukonnais, a insisté la ministre Pauline Frost.

Cette approche, déjà en cours, vise de meilleurs soins collaboratifs et à domicile, la mise en oeuvre d’un système moderne [intégré] d’information de soins de santé, la création de carrefours communautaires de soins de mieux-être de façon à étendre les services en santé mentale dans tout le territoire, et l'ajout d’infirmières-praticiennes dans les collectivités rurales.

Ailleurs sur le web :

Le rapport (Nouvelle fenêtre) « La population d'abord » (en anglais seulement)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !