•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’accord entre les Émirats arabes unis et Israël, entre dénonciations et félicitations

L’Arabie saoudite, allié des Émirats arabes unis, n’a pas encore réagi à l'annonce.

Deux hommes regardant un écran de télévision dans une salle.

Deux Palestiniens suivent l'annonce de l'accord entre les Émirats arabes unis et Israël à la télévision, à Hébron, en Cisjordanie.

Photo : Reuters / MUSSA ISSA QAWASMA

Radio-Canada

L’accord conclu entre Israël et les Émirats arabes unis marque une nouvelle évolution dans le rapport de force en constant mouvement au Moyen-Orient. Un développement qui risque de creuser davantage la ligne de fracture entre les pays partisans de la normalisation des relations avec Israël et leurs adversaires.

Comme on pouvait s'y attendre, les réactions se sont succédé pour dénoncer ou louer l’accord de paix, négocié sous l'égide de Donald Trump et censé conduire à une normalisation complète des relations diplomatiques entre les deux pays du Moyen-Orient.

Les Palestiniens ont condamné l’accord, le qualifiant de trahison de Jérusalem – ville qu'ils réclament comme la capitale de leur futur État – et d’agression contre le peuple palestinien.

L’autorité palestinienne a appelé à une réunion de la Ligue des pays arabes et rappelé son ambassadeur aux Émirats arabes, soulignant que la paix se réalisera avec la fin totale de l’occupation israélienne.

Pour Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas dans la bande de Gaza, cette normalisation est un coup de poignard dans le dos de la cause palestinienne, et ne sert que les intérêts de l'occupation israélienne.

Pour lui, l'établissement de relations diplomatiques entre Israël et les alliés des États-Unis au Moyen-Orient, y compris les riches monarchies du Golfe, est un objectif clé de la stratégie de M. Trump pour contenir la République islamique d'Iran, ennemi commun de Washington, d’Israël et des monarchies du Golfe.

La haute responsable palestinienne Hanane Achraoui a dénoncé des manœuvres des Émirats pour normaliser leurs relations avec Israël tout en se cachant derrière la cause palestinienne.

Nous ne sommes pas une feuille de vigne!

Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine.

Brian Hook, l’ancien émissaire américain pour l’Iran, a d'ailleurs qualifié cet accord de cauchemar pour l’Iran.

Pour leur part, les Iraniens ont réagi par la voix de Hussein Amir Abdelhayan, le conseiller du président du Parlement, qui a déclaré que la nouvelle orientation des Émirats arabes unis dans sa normalisation avec l’entité israélienne […] ne conduira pas à la préservation de la paix et de la sécurité, mais conduira à la poursuite des crimes sionistes.

Félicitations et souhaits

Dans le monde arabe, les réactions n’ont pas été nombreuses jusqu’à présent.

Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi, allié avec les Émirats arabes contre les Frères musulmans, a réagi sur son compte Twitter, saluant la déclaration commune des États-Unis, des Émirats arabes unis et d'Israël visant à mettre fin à l'annexion israélienne des terres palestiniennes et à prendre des mesures pour apporter la paix au Moyen-Orient.

Le Bahreïn, dont les dirigeants plaident pour une normalisation avec Israël, a félicité les sages dirigeants des Émirats pour l’accord. La monarchie avait accueilli en octobre 2019 la conférence de Bahreïn sur le développement de la Palestine, organisée par Jared Kushner, gendre et conseiller du président Donald Trump, et boycottée par les Palestiniens.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, s’est pour sa part félicité de cette entente entre les Émirats arabes unis et Israël qui sont [pour la France] deux partenaires essentiels dans la région, soulignant la décision de suspendre l’annexion de territoires palestiniens [comme] une étape positive, qui doit devenir une mesure définitive.

Auparavant, le premier ministre israélien avait déclaré que la normalisation aurait pour effet de reporter le projet israélien d'annexion, tout en affirmant n'avoir pas renoncé à cette option à plus longue échéance. J'ai apporté la paix, je réaliserai l'annexion, a-t-il déclaré.

Le candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine, Joe Biden, a salué une étape historique et voit dans la décision des Émirats une décision bienvenue et courageuse.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, AlJazeera.net, Al Mayadeen, et Tasnim

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !