•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 2e vague de COVID-19 pourrait être pire que la 1re en Colombie-Britannique

Bonnie Henry s'apprête à parler aux médias.

La Dre Bonnie Henry a mis en garde les jeunes contre le risque de contamination lors de fêtes.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Le nombre d'infections au coronavirus repart à la hausse et pourrait dépasser les sommets constatés au début de la pandémie, selon des projections présentées par la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, jeudi.

Après avoir annoncé le bilan quotidien, qui s'élevait à 78 nouveaux cas, la Dre Henry a fait un état des lieux de la contagion dans la province.

Elle a indiqué que, depuis le début de la phase 3 du déconfinement en juin, les contacts humains ont atteint 70 % de ce qu'ils étaient avant la pandémie, alors qu'elle espérait un taux de 60 %. Si cela continue, la modélisation prévoit un bilan de 100 nouveaux cas de COVID-19 par jour en septembre.

Nous sommes sur une trajectoire ascendante. C'est inquiétant.

Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

La Dre Henry demande à la population de respecter les mesures sanitaires pour aplatir la courbe. Elle espère aussi qu'en remontant la piste de 75 % des personnes avec qui un malade a été en contact, les autorités de la santé pourront ralentir la propagation du coronavirus.

La médecin hygiéniste en chef a aussi rappelé que la maladie atteint désormais particulièrement les jeunes âgés de 20 à 39 ans. Ils se retrouvent exposés au virus dans les bars, les restaurants et les fêtes privées.

Pour autant, la Dre Henry demande aux Britanno-Colombiens d'être compréhensifs : on ne connaît pas toujours toute l'histoire, dit-elle, mettant en garde contre les dénonciations erronées de rassemblements sur les réseaux sociaux et assurant que la très grande majorité des gens font attention.

Bonnie Henry rappelle que les bars et les restaurants qui ne respectent pas les ordonnances sanitaires seront forcés de fermer. Cependant, elle exclut d'imposer des restrictions additionnelles aux établissements qui respectent les règles, car elle estime que cela pénaliserait les travailleurs les plus vulnérables, notamment les femmes racisées.

La Dre Henry a aussi noté que les travailleurs de la santé et les personnels des prisons restent particulièrement touchés par la pandémie. Ainsi, jeudi, elle a annoncé que trois membres du personnel du Centre correctionnel de l'Okanagan, à Oliver, avaient été déclarés positifs à la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !