•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des jours difficiles au Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean

L'extérieur du bâtiment abritant le Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean.

Le Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean vit des moments difficiles.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Le Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean a récemment mis à pied neuf de ses employés en raison d'un manque de liquidités.

Le Regroupement des Centres d'amitié autochtones du Québec (RCAAQ) retient les sommes qu'il devrait lui verser parce qu'il dit avoir plusieurs préoccupations à son endroit.

La directrice générale du RCAAQ, Tanya Sirois, n'a pas voulu préciser la nature exacte de ces inquiétudes.

On a communiqué avec le conseil d'administration du Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean pour tenir une rencontre pour partager les enjeux, les préoccupations, de part et d'autre pour s'assurer de comment on peut mieux accompagner le centre d'amitié, si défi il y a. Mais pour ça, il faut s'asseoir et il faut discuter, a-t-elle déclaré.

Plusieurs membres du conseil d'administration du centre, situé à Roberval, expliquent avoir décliné la demande du regroupement en raison d'une ambiance qu'ils jugent malsaine dans les relations avec celui-ci. Le vice-président estime que la situation s’explique par le refus du Centre d’amitié autochtone du Lac-Saint-Jean de faire partie de la nouvelle société immobilière créée par le regroupement provincial.

Est-ce qu'on s'est fait proposer la société immobilière ou est-ce qu'on se l'est fait imposer? Nous, on sent tous qu'on sel'est fait imposer. Oui, c'est un grand projet, mais justement, parce que c'est grand, je pense que ça va avoir des répercussions sur les services pour les Autochtones, les services qu'on offre.

Jean-François Gill, vice-président du conseil d'administration

Le Regroupement nie avoir suspendu son financement en raison du retrait de l'organisme jeannois de sa société immobilière. Le centre de Roberval demande à différents ministères, dont celui des Affaires autochtones, d'intervenir dans le dossier.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !