•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cœur de pirate veut racheter Dare To Care, l’étiquette éclaboussée par #MoiAussi

La chanteuse Béatrice Martin alias Cœur de pirate

La chanteuse Béatrice Martin alias Cœur de pirate

Photo : Grosse boîte

Radio-Canada

La chanteuse Cœur de pirate a annoncé, jeudi, sur Instagram, son intention de racheter la maison de disques montréalaise Dare To Care Records. Le mois dernier, Cœur de pirate et plusieurs artistes avaient décidé de s’en dissocier dans la foulée de la vague de dénonciations d’agressions et de harcèlement sexuels. 

Dans un communiqué, Dare To Care a confirmé que Béatrice Martin, qui est le véritable nom de Cœur de pirate, a déposé une lettre d’intention pour le rachat de la maison de disques. Elle a précisé que les termes de cette lettre avaient été acceptés par Eli Bissonnette, propriétaire, fondateur et ancien président de l’entreprise. 

Cette lettre marque l’ouverture d’une période de discussion exclusive entre les parties dans le but de procéder à une transaction au cours des semaines à venir, sous réserve des vérifications d’usage et de la conclusion de la documentation définitive, a ajouté Dare To Care. 

Dans son message publié sur Instagram, Cœur de pirate, représentée par Dare To Care depuis le début de sa carrière en 2008, explique que cette maison de disque a vu émerger des artistes québécois reconnus. 

Laisser une partie de notre culture au naufrage serait, selon moi, une erreur monumentale.

Cœur de pirate

L’artiste espère faire partie du changement et donner un nouveau souffle à la maison de disques. 

Lorsque j’ai commencé il y a plus d’une décennie, le public ne me connaissait pas, mais on m’a donné les outils pour me frayer un chemin. J’aimerais faire la même chose pour les artistes aujourd’hui, a-t-elle souligné.

Dare To Care secouée par des dénonciations

Cœur de pirate, mais aussi les sœurs Boulay, Jean Leloup, Fanny Bloom, Evelyne Brochu et Bernard Adamus font ainsi partie des artistes dont Dare To Care a accompagné la carrière ces dernières années. 

C’est justement des dénonciations en ligne visant Bernard Adamus qui ont poussé Dare To Care à lâcher cet auteur-compositeur-interprète il y a un mois. 

Eli Bissonnette s’était alors excusé d’avoir été complice de tout un système en n’agissant pas dans cette affaire, avant de quitter son poste de président. 

Le lendemain, le conseil d’administration de l’Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) avait voté en faveur de l'éviction de Dare To Care de son organisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !