•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Période de recrutement intensif dans un district scolaire du Nouveau-Brunswick

Une femme assise au volant d'un autobus scolaire.

Une femme conduit un autobus d'écoliers

Photo : Getty Images / Martine Doucet

Radio-Canada

À quelques semaines d’une rentrée scolaire qui se fera dans un contexte de pandémie, le District scolaire francophone Sud (DSFS) au Nouveau-Brunswick, redouble d’efforts pour que tout le personnel requis soit en place lorsque les écoles accueilleront à nouveau leurs élèves.

Monique Boudreau, la directrice du DSFS, indique jeudi qu’environ 25 postes sont disponibles dans les équipes d’entretien.

On doit augmenter le nombre de concierges, bien sûr, surtout le jour, pour désinfecter, nettoyer beaucoup plus fréquemment. Ça va nous en prendre à peu près 25 de plus, a-t-elle indiqué.

Elle invite par ailleurs les personnes intéressées par un emploi de chauffeur d’autobus scolaire à se manifester.

Nous avons une formation pour les conducteurs d'autobus prévue pour la fin août, dit Mme Boudreau. On passe encore des entrevues. Si on peut avoir un nombre plus élevé de personnes intéressées, elles pourront faire partie de cette formation de la fin août.

Recrutement d’enseignants

De nombreux entretiens d’embauche ont lieu ce mois-ci et Monique Boudreau dit que le district a confiance que les écoles auront tout le personnel enseignant dont elles ont besoin d’ici le premier jour de classe.

Monique Boudreau à l'extérieur en été.

Monique Boudreau, directrice du District scolaire francophone Sud, le 13 août 2020.

Photo : Radio-Canada

Il reste, dit-elle, environ 40 assignations de postes d’enseignants à pourvoir.

Il faut spécifier que lorsqu'on parle de 40 assignations, ce ne sont pas tous des postes à temps plein, poursuit la directrice. On parle peut-être de postes à 20 % du temps ou 40 % du temps. Même que certains postes sont pour le mois de janvier.

On a comblé la grande majorité de nos temps pleins en salles de classe [et] nos classes titulaires, précise-t-elle, ajoutant qu’il restait quand même de 5 à 8 postes disponibles dans certaines régions.

Ces dernières années, la hausse des inscriptions a entraîné des défis pour des écoles du DSFS où les élèves sont de plus en plus à l’étroit. Malgré ce défi, les écoles seront en mesure de s’adapter aux consignes du gouvernement provincial et aux nouvelles normes de santé publique rendues nécessaires par la pandémie, assure Monique Boudreau.

Beaucoup de travail a été accompli cet été, souligne-t-elle. On est très, très satisfaits jusqu'à présent des préparatifs. On a pu réussir à trouver des espaces à l'intérieur de nos écoles, même dans nos écoles qui sont assez chargées. C'est sûr qu'on a dû prendre tous les espaces libres et tous les locaux.

Elle promet un milieu propice à l'enseignement. On veut que les élèves soient bien dans leur espace d'apprentissage et qu'on puisse aussi respecter les distances, mentionne-t-elle.

D’après les renseignements de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !