•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parc éolien de la Dune-du-Nord : la mise en service retardée d’un an

Des dunes couvertes de végétation avec un mât de mesure.

Les éoliennes ne sont toujours pas érigées dans le secteur de la Dune-du-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Les deux éoliennes du parc éolien de la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine ne sont toujours pas assemblées et érigées, bien que leur entrée en service était initialement prévue pour octobre 2019.

La COVID-19 a retardé de deux mois la reprise du chantier au printemps, mais le président de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine attribue principalement le retard à un changement imprévu de fournisseur.

Le turbinier a eu des difficultés financières, ce qui a fait en sorte que nous avons dû changer de fournisseur de turbine, explique Simon Deschênes, président de la régie. Cela a occasionné des délais importants parce c’est un processus qui est passé par des appels d’offres pour qu’Hydro-Québec puisse entériner le changement de turbinier. Il y a eu des délais, de la bureaucratie.

La Régie espère désormais une mise en service cet automne, en octobre ou en novembre.

Les sous-stations sont complétées pour le raccordement au réseau électrique des Îles-de-la-Madeleine, précise Simon Deschênes. Les dernières fournitures pour assembler 100 % du parc éolien sont sur le point d’arriver. Il y a déjà un bateau qui s’en vient et un deuxième devrait prendre la mer dans les prochains jours avec les dernières pièces.

Simon Deschênes lors d'une entrevue.

Le président de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Simon Deschênes, prévoit une mise en service cet automne (archives).

Photo : Radio-Canada

Simon Deschênes assure que le retard n’a aucun impact financier en regard du contrat d’approvisionnement de 20 ans signé avec Hydro-Québec. Le contrat d’achat d’électricité avec Hydro-Québec commence lorsqu’il y a la mise en service, donc on n’a pas perdu d’argent comme tel.

Le président n’était pas en mesure de confirmer si le budget du projet avait été respecté, malgré le retard des travaux. Une mise à jour financière est prévue en septembre pour faire le point.

Les deux éoliennes madeliniennes vont fournir au total 8,2 mégawatts d'électricité. La force des turbines a été revue à la hausse depuis l’annonce initiale du projet, car le parc devait d'abord générer 6,2 mégawatts.

La Régie déjà prête à agrandir son parc éolien

La Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine voit le recul d'Hydro-Québec dans le dossier du raccordement hydroélectrique de l'archipel par câbles sous-marins comme une occasion de développement. La société d'État a fait savoir en juillet que son projet était plus complexe et plus cher qu'anticipé, ce qui la pousse à étudier d'autres scénarios.

Simon Deschênes estime que le parc éolien de la Dune-du-Nord pourrait facilement être agrandi pour assurer l'autonomie électrique des Madelinots.

On va se rendre chez Hydro-Québec cet automne, indique le président de la Régie. On va aller regarder les possibilités, les nouvelles technologies disponibles, on serait prêt à ériger quelques éoliennes supplémentaires avec des batteries de stockage.

Ça ouvre la porte pour avoir d’autres types d’énergies renouvelables aux Îles-de-la-Madeleine. On va suivre l’évolution de ce dossier-là attentivement.

Simon Deschênes, président de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Une plante rampante verte sur le sol.

Depuis février 2001, le corème de Conrad bénéficie, à titre d’espèce menacée, d’une protection juridique au Québec.

Photo : Société de conservation des Îles-de-la-Madeleine

En plus d’avoir soulevé des questions de rentabilité, l’emplacement du parc éolien a été contesté par des groupes écologistes en raison de la présence du corème de Conrad, une plante menacée.

Québec a exigé que les propriétaires du parc éolien acquièrent, à des fins de conservation, 30 hectares de milieux naturels d’une grande intégrité écologique, pour compenser la perte d'habitat de cette plante protégée.

Le parc éolien de la Dune-du-Nord est une propriété à 50 % de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Valeco Énergie Québec et Plan A Capital détiennent l’autre moitié des actifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !