•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs fontaines fermées à Sherbrooke en raison d'une forte concentration de plomb

Des fontaines

Des fontaines

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

En raison d’une forte concentration de plomb dans des fontaines situées dans plusieurs de ses parcs, la Ville de Sherbrooke a décidé d’interrompre la distribution d’eau dans les endroits touchés, fait-on savoir dans un communiqué.

Au total, 15 fontaines sur les 89 présents dans des parcs sherbrookois affichent des concentrations supérieures à 5 microgrammes par litre, la teneur maximale recommandée par Santé Canada.

Les parcs touchés :

Arrondissement de Fleurimont :

  • Parc Bureau (abreuvoir intérieur au 1er étage seulement)
  • Parc du Cœur-Immaculé-de-Marie
  • Parc Jean-Claude-Quirion
  • Parc Adrien-Cambron
  • Parc Quintal (terrain de baseball)
  • Parc Gilles-Charland

Arrondissement de Brompton-Rock Forest-Saint-Élie-Deauville :

  • Parc Jules-Richard
  • Parc Charland

Arrondissement des Nations :

  • Parc de Saint-Alphonse-de-Liguori
  • Parc Olivier-Chauveau (deux abreuvoirs)
  • Parc des Deux-Ruisseaux
  • Parc Rodolphe-Vallée
  • Parc Arsène-Goyette
  • Parc Belvédère (terrain de baseball)

Source : Ville de Sherbrooke

Des risques très faibles pour la santé

Selon le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie, les risques pour la santé sont très faibles.

Le plomb a été graduellement éliminé de notre environnement comme l’essence au plomb, la peinture au plomb, les tuyaux qui transportent l’eau dans nos maisons. À une époque, il y avait beaucoup plus de plomb, indique-t-il en entrevue avec Radio-Canada Estrie.

Le niveau que les gens consomment maintenant est 10 à 15 fois inférieur que des gens de mon âge ont consommé plus jeunes.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Le Dr Alain Poirier rappelle qu’il n’y a pas de niveau zéro pour la présence de plomb et qu’il faut constamment l’éliminer dans notre environnement. Il recommande de réduire le plus possible le niveau d’exposition, plus particulièrement pour les jeunes enfants et les femmes enceintes.

De son côté, la Ville de Sherbrooke dit qu’elle doit examiner la provenance du plomb dans chaque cas et apporter les correctifs nécessaires.

Selon la Ville, il n’y a pas de présence de plomb dans le réseau de distribution d’eau potable de la Ville de Sherbrooke. Le problème viendrait donc des tuyaux.

En ce qui concerne les abreuvoirs et les lavabos des parcs visés, la Ville de Sherbrooke procédera à des vérifications plus poussées sur ces équipements et sur les tuyaux de raccordement, indique-t-on.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !