•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : les géants du web s'unissent pour contrer la désinformation électorale

Une électrice consulte un document derrière un isoloir.

L'élection présidentielle américaine se tiendra le 3 novembre.

Photo : Reuters / Lucy Nicholson

Radio-Canada

Une coalition réunissant des géants technologiques comme Facebook et Google, mais aussi d’autres grands acteurs du web (Reddit et la fondation Wikimédia, notamment) tiendra régulièrement des rencontres avec des agences gouvernementales jusqu’à l’élection présidentielle du 3 novembre dans le but de lutter contre la désinformation et l’interférence étrangère, des phénomènes qui ont pris beaucoup d’importance lors du scrutin de 2016.

Le groupe, dont font également partie Microsoft, Twitter, Pinterest, LinkedIn et Verizon Media (AOL et Yahoo!), a échangé avec des agences gouvernementales pendant environ deux heures, mercredi, selon les informations de NBC News.

Nous avons chacun fourni des mises à jour sur ce que l’on voit sur nos plateformes respectives et ce qu’on s’attend à voir dans les prochains mois, ont déclaré conjointement les groupes technologiques dans un communiqué fourni aux médias américains.

Nous avons spécifiquement discuté des préparations pour les conventions à venir et de planification de scénarios en ce qui concerne les résultats électoraux, ont-ils poursuivi, exprimant un désir de protéger l’intégrité de l’élection.

Compte tenu la pandémie, un nombre record d’Américains et Américaines voteront par la poste cette année. Les résultats pourraient donc se faire attendre pendant plusieurs jours, un scénario qui pourrait déclencher une vague de désinformation et de confusion sur les réseaux sociaux.

Le président Donald Trump agite depuis plusieurs semaines le spectre d’une fraude électorale généralisée en raison du vote par correspondance. C’est pour cette raison qu’il a récemment refusé de dire s'il acceptera ou non le résultat de l'élection présidentielle.

Donald Trump est assis à une table, les mains croisées.

Le président Donald Trump agite depuis plusieurs semaines le spectre d’une fraude électorale généralisée en raison du vote par correspondance.

Photo : afp via getty images / Brendan Smialowski

Rappelons qu’il y a eu moins de 500 cas de fraude liés au vote par correspondance pour toutes les élections américaines tenues de 2000 à 2012, selon une analyse de l’organisme non partisan Brennan Center for Justice.

Ces dernières semaines, les réseaux sociaux multiplient les annonces de nouvelles mesures conçues pour contrer les campagnes de désinformation et de manipulation de même que pour inciter au vote.

Facebook a par exemple annoncé jeudi qu’il lançait un centre d’information sur l’élection, lequel permettra à ses quelque 290 millions d’utilisateurs et utilisatrices aux États-Unis de s’inscrire pour voter et de consulter les règles de leur État concernant le vote par correspondance.

Avec les informations de The New York Times, NBC News, et The Independent

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !