•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La conjointe du tueur en Nouvelle-Écosse intente une poursuite contre sa succession

Tartan bleu et vert noué à un poteau le long d'une route rurale.

Un tartan est noué autour d’un poteau à Portapique, en Nouvelle-Écosse, le 26 avril 2020, pour commémorer la tragédie.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

La conjointe de fait de l’auteur du massacre perpétré en Nouvelle-Écosse le printemps dernier intente une poursuite contre sa succession.

Dans la requête en justice déposée devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, la conjointe de fait du tueur allègue qu’on lui a délibérément infligé des souffrances morales; qu’elle a été victime de voies de fait et blessures; qu’elle a subi des traumatismes psychologiques, émotionnels et physiques et qu’elle a été victime de séquestration.

Aucune de ces allégations n’a été prouvée devant un tribunal.

La plaignante a été la première victime de Gabriel Wortman lorsqu’il a mis en branle, à Portapique dans la soirée du 18 avril 2020, la série d’événements qui se sont soldés par la mort de 22 personnes.

Cette femme a survécu au massacre, car elle a pu échapper au tueur et s’est cachée dans les bois jusqu’au matin. Elle a par la suite signalé à la police avoir été attaquée par son conjoint de fait.

L’auteur de la tuerie a été abattu à Enfield en Nouvelle-Écosse le 19 avril, une douzaine d’heures après les premiers crimes.

D’après les renseignements de Blair Rhodes, CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.