•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des visiteurs irrespectueux des règles sanitaires à l'hôpital et en CHSLD

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Devanture du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l’Estrie – CHUS) a constaté des situations où le personnel « est pris à partie » par des visiteurs qui ne connaissent pas les règles ou refusent de s’y conformer.

C'est pour cette raison que l'organisation a lancé, jeudi, un appel à la collaboration des visiteurs, des patients et des résidents.

Au cours des deux dernières semaines, le personnel du CIUSSS de l'Estrie-CHUS a noté un petit relâchement dans le respect des règles sanitaires, note Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Pour nous, c’est excessivement important que les règles soient suivies. C’est pour cette raison qu’on a fait un rappel à la population, explique-t-elle.

Bien qu'Annie-Andrée Émond admet que la majorité des personnes respectent les règles, certaines sont néanmoins très récalcitrantes et ne veulent pas les suivre.

Deux visiteurs à la fois en CHSLD et 1 dans les hôpitaux

Une limite de deux visiteurs à la fois est autorisée dans les CHSLD et il faut éviter de circuler dans les aires communes des résidences, insiste Mme Émond. De plus, une inscription au registre de visite est demandée à l’arrivée du citoyen.

En ce qui concerne les hôpitaux, il y a une limite d’un visiteur à la fois par patient et un maximum de 4 visites par jour. Des exceptions sont toutefois possibles pour les personnes en fin de vie.

Selon la porte-parole du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, la limite d’un visiteur dans le milieu hospitalier par patient n’est pas beaucoup respectée.

On comprend que ça soit difficile à respecter. On a un proche qui est malade et on a envie de le soutenir et lui apporter tout notre amour et on voudrait venir à trois, quatre, cinq personnes. Mais ce n’est pas possible. C’est un visiteur à la fois. C’est l’une des consignes qui est la plus difficile à faire respecter. [...] On le fait pour le bien commun.

Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Mme Émond rappelle que les visiteurs qui ne respectent pas les règles pourraient être expulsés des édifices du CIUSSS. On devra sévir auprès des personnes qui sont trop récalcitrantes, met-elle en garde, en appuyant que l'expulsion reste une mesure d'exception.

Les nouvelles règles applicables dans les CHSLD et les hôpitaux correspondent aux orientations gouvernementales, précise le CIUSSS de l’Estrie – CHUS. Pour le bien collectif, nous devrons dorénavant demander aux gens qui refusent de s’y confirmer, de quitter, précise-t-on dans un communiqué diffusé jeudi par le CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Rappelons que le port du couvre-visage est obligataire durant toute la durée de la visite et que les citoyens ayant des symptômes de la COVID-19 qui se présentèrent pour une visite se verront refuser l’accès aux installations du CIUSSS de l’Estrie – CHUS .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !