•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur un possible cas de cruauté animale dans Bellechasse

Gyrophares d'un véhicule de la Sûreté du Québec (SQ) lors d'une perquisition à Louiseville le 1er juin 2017.

La Sûreté du Québec est intervenue mercredi pour un possible cas de cruauté animale dans Bellechasse.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

La Sûreté du Québec (SQ) a ouvert une enquête pour élucider un possible cas de cruauté animale dans la municipalité de Saint-Luc-de-Bellechasse, en Chaudière-Appalaches. Le ministère de l'Agriculture et la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) collaborent dans le dossier.

Des photos et vidéos publiées sur les réseaux sociaux où l’on peut apercevoir un veau se faire abattre à l’aide d’un couteau ainsi que le cadavre d’un cheval ont entraîné une série de plaintes à la SQ et au ministère de l’Agriculture (MAPAQ).

L’enquête fait suite à la publication sur les réseaux sociaux de vidéos sur lesquelles on pouvait voir des animaux se faire abattre devant un enfant, explique la porte-parole de la SQ, Hélène Nepton.

Interventions du MAPAQ

La SQ confirme s’être rendue sur place mercredi avec des représentants du MAPAQ et de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Une personne a été interrogée par les enquêteurs.

L’endroit, décrit comme un refuge animal, est déjà connu du MAPAQ. Selon nos informations, des animaux ont été relogés dans des lieux sécuritaires.

Différentes interventions ont eu lieu par le passé à cet endroit, affirme le porte-parole du ministère, Yohan Dallaire Boily.

En vertu de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, le MAPAQ ne peut préciser si les interventions font suite à des inspections de routine ou à des plaintes.

Nous pouvons toutefois confirmer que le MAPAQ a reçu des plaintes et qu’elles ont été traitées. Différentes interventions ont déjà été effectuées, précise Yohan Dallaire Boily.

L’enquête se poursuit et le dossier sera soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), qui déterminera si des accusations seront déposées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !