•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les stations de ski albertaines recrutent localement en raison de la pandémie

Vue sur une montagne enneigée avec des sapins. On voit aussi un remonte-pente.

Les stations de ski des montagnes Rocheuses se préparent à ouvrir en novembre.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

À l’approche de l’automne, les stations de ski de l'Alberta préparent leur prochaine saison. Habituées à recruter beaucoup de leurs employés à l’étranger, elles devront cependant compter sur les travailleurs canadiens cette année en raison de la pandémie.

C’est le cas de la station Sunshine Village, située dans les montagnes Rocheuses près de Banff, qui mise maintenant sur l’embauche d’étudiants et d’élèves ayant récemment terminé leurs études secondaires.

Nous voulons nous tourner vers les étudiants et surtout la cohorte de 2020 qui a obtenu son diplôme pendant la pandémie et qui retardera peut-être son entrée à l’université jusqu’à pouvoir reprendre les cours, explique la directrice des communications de Sunshine Village, Kendra Scurfield.

Selon elle, la station de ski compte habituellement sur les étrangers pour pourvoir bon nombre de ses 800 postes à cause du manque de candidats canadiens.

En raison de la pandémie, la station prévoit cependant d'embaucher de 300 à 400 personnes cette année, principalement venues du Canada.

Nous voulons attirer autant de personnes de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de la Colombie-Britannique que possible. [...] Nous aurons besoin de personnes qui peuvent travailler en cuisine, dans l’administration, dans nos écoles de ski et de planche à neige, aux remonte-pentes, indique Kendra Scurfield.

Des défis à l’horizon

La station de ski Lake Louise envisage elle aussi de recruter principalement au Canada cette année.

Son directeur du marketing, James Fraser, est cependant conscient des défis qui l’attendent.

Certaines personnes se contentent de recevoir la Prestation canadienne d’urgence et ne souhaitent pas nécessairement acquérir de l’expérience professionnelle, dit James Fraser.

Selon le directeur du centre d’emplois de Bow Valley, Michel Dufresne, les employeurs de la région doivent s’attendre à faire face à un manque de personnel, même en tant de pandémie.

Nous manquons de personnel même lorsqu’il s’agit d’une bonne année parce qu’il y a tellement d’emplois disponibles. Canmore et Banff sont en plein essor et il n’y a pas assez d’employés. [...] Cette année, il y a encore des superviseurs qui sont appelés à nettoyer des chambres, parce qu’il manque d’employés, et ce, malgré le fait que les hôtels fonctionnent à faible capacité, dit Michel Dufresne.

James Fraser ajoute que la station de ski Lake Louise a entamé son processus de recrutement, mais que le nombre de postes disponibles dépendra entre autres de l'achalandage.

Nous essayons de trouver un équilibre entre ce qui est certain et ce qui ne l’est pas. Nous savons que nous serons ouverts cet hiver. Nous devons donc nous assurer d’avoir tout le personnel dont nous avons besoin, affirme-t-il.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Avec les informations de Terri Trembath

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !