•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Algues bleu-vert : éclosion dans la la baie Missisquoi

Une eau verdâtre et la présence d'algues au bord d'un lac.

(Archives) La chaleur contribue à la prolifération des cyanobactéries.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Les algues bleu-vert sont de retour cette année dans la baie Missisquoi du lac Champlain et le ministère de l’Environnement invite les municipalités et les citoyens à la prudence.

Une fleur d’eau d’algues bleu-vert dans le secteur de Saint-Armand a été signalée par l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi le 29 juillet.

Le ministère de l’Environnement n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue, mais a confirmé par courriel qu’un épisode de bloom (fleur d’eau) d’algue a été observé et qu’un mémo d’information a été acheminé le 30 juillet aux municipalités.

Cet écrit recommande notamment aux municipalités d’informer l’opérateur de la station de pompage de l’eau potable et d’assurer une vigie au niveau du plan d’eau d’où l’usine s’approvisionne. De plus, il y est mentionné qu’elles doivent informer la population des risques et des mesures à prendre, précise le représentant du ministère par courriel.

Le ministère recommande de n’avoir aucun contact avec l’eau du secteur où il y a une forte présence de cyanobactéries.

Tel que le démontre un rapport dont Radio-Canada a obtenu copie, le ministère avait procédé à une inspection le 14 juillet et avait déjà constaté une présence élevée de cyanobactéries dans le secteur du quai municipal de Philipsburg.

Arrivée plus tardive, selon l’organisme de bassin versant

Selon l’organisme de bassin versant, les cyanobactéries ont fait leur apparition dans le lac plus tardivement qu’à l’habitude. C’est un mois plus tard et jusqu’à maintenant l’eau était très belle, souligne le président de l’organisme, Pierre Leduc.

Il y a des épisodes de fleurs d’eau de cyanobactéries dans la baie Missisquoi depuis plusieurs années.

Difficile de savoir pourquoi il y a une éclosion tardive des algues bleu-vert cette année. M. Leduc émet l’hypothèse que les faibles précipitations pourraient en partie expliquer la situation. L’eau de ruissellement transporte des nutriments dans les lacs qui contribuent au développement des cyanobactéries. Ça dépend aussi beaucoup des vents. Les cyanobactéries se déplacent avec le vent, ajoute M. Leduc.

M. Leduc souligne qu’il faut poursuivre les efforts, notamment avec les producteurs agricoles, pour améliorer la qualité de l’eau du lac.

La Commission mixte internationale a d’ailleurs publié un rapport en avril dernier avec une série de recommandations. Reste à voir ce que les gouvernements vont faire, commente M. Leduc. La dégradation de l’écosystème et du milieu, ça fait 50 ans qu’on y travaille. Ça va prendre quelques années avant que la situation se redresse.

Rappelons que les experts estiment que l’eutrophisation des lacs est fortement accélérée par les activités humaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !