•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seulement 15 % des entreprises sont détenues par des femmes au Canada

Une femme travaille sur une tablette informatique; un ordinateur est posé sur son bureau.

L'étude publiée mardi par le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat considère que la COVID-19 menace de détruire les progrès vers l'égalité des sexes effectués ces dernières années.

Photo : Getty Images / LaylaBird

Radio-Canada

Malgré les progrès importants des dernières années pour encourager l'entrepreneuriat au féminin, les entrepreneures demeurent toujours sous-représentées au Canada, selon un nouveau rapport.

Si le nombre d'entreprises détenues majoritairement par des femmes a bondi de 50 % entre 2014 et 2017, elles représentaient cette dernière année seulement 15,6 % des petites et moyennes entreprises (PME) ayant au moins un employé.

On comptait environ 114 000 entreprises féminines sur un total de 730 000.

Ces chiffres proviennent du nouveau rapport du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat (PCFE), intitulé État des lieux de l'entrepreneuriat féminin 2020, qui a été publié mardi.

D'autres progrès ont été observés quant au nombre d'entreprises féminines exportatrices; leur proportion est passée de 5,7 % en 2011 à 10,8 % en 2017.

Le PCFE redoute un retour en arrière avec la COVID-19

Le rapport, qui regroupe notamment des données de recherche du gouvernement fédéral et du milieu universitaire, tend à montrer l'impact de la crise économique issue de la pandémie.

La COVID-19 a amplifié les obstacles structurels, a touché les femmes entrepreneures plus que les hommes et a surtout touché les entrepreneurs autochtones, racialisés et provenant d’autres communautés diverses, résume le PCFE.

Ainsi, le pourcentage d'entreprises qui ont dû mettre à pied des employés pendant la crise est sensiblement égal chez les entreprises dirigées par des femmes (40,6 %) que par celles détenues par des hommes (40,5 %). Mais dans ces restructurations, les entrepreneures ont été plus souvent forcées de se séparer d'au moins 80 % de leurs effectifs que dans l'ensemble des entreprises (62,1 % comparativement à 45,2 %)

Nous risquons de revenir en arrière sur des dizaines d’années de progrès si nous ne nous penchons pas sérieusement sur les différences entre les femmes et les hommes entrepreneurs et si nous ne veillons pas à ce que les programmes et les plans de rétablissement tiennent compte de l’égalité entre les sexes et de la diversité , déclare la directrice universitaire du Portail, Wendy Cuckier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !