•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les garderies sont prêtes, mais inquiètes face à une possible deuxième vague

Trois enfants non-identifiés d'âge préscolaire jouent ensemble avec des camions-jouets dans un service de garde.

Les garderies sont prêtes pour l'éventuelle deuxième vague.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick annonçait cette semaine que peu importe la phase de déconfinement dans laquelle se trouve la province durant la pandémie, les fermetures de garderies ne seront plus une option.

Cela signifie que dans l’éventualité d’une deuxième vague de COVID-19 dans la province, les services de garde d’enfants resteront ouverts.

C’est sûr qu’on est pas mal plus prêts, c’était beaucoup plus énervant au mois de mars quand on n’avait pas de recherche, pas de détails. C’est sûr que les choses les plus importantes, c’est que nos employés soient confortables de rentrer travailler, qu’ils se sentent bien protégés et qu’ils aient des directives claires sur comment gérer le tout, dit Nadine Cormier, propriétaires des centres préscolaires Gardérisson.

Des enfants jouent en groupe.

Les enfants de moins de 10 ans semblent moins touchés par la COVID-19, selon ce que démontrent les recherches (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabella Zavarise

Karinne Guitard se sent prête à affronter l’éventualité d’une deuxième vague, mais elle dit rester aux aguets.

Propriétaire de la garderie familiale Les petites Cacahuètes, à Bertrand, Mme Guitard est seule pour gérer ses locaux et les enfants, ce qui rend les choses un peu plus compliquées de son côté.

Une réouverture difficile

Lorsque les garderies ont rouvert en mai dernier, plusieurs défis se sont posés aux propriétaires et aux éducateurs.

Des lignes directrices ont été transmises au cours des dernières semaines, selon l’évolution de la pandémie, mais les communications ont été difficiles, d'après Mme Cormier.

Des enfants assis à une table dans une garderie.

L'application des règles de santé publique dans les garderies du Nouveau-Brunswick a soulevé des inquiétudes.

Photo : Radio-Canada

On recevait souvent les mémos après les dates d’implantation. On recevait beaucoup, beaucoup de questions… et on comprend que le ministère était vraiment occupé, mais on appelait et on n’avait pas de réponse, dit-elle.

Donc c’est sûr que si on a une deuxième vague et que les écoles devaient fermer, on aura besoin de lignes directrices beaucoup plus claires.

Nadine Cormier, propriétaire des centres préscolaires Gardérisson

Et ces lignes directrices ont créé une charge de travail supplémentaire pour les éducateurs en garderie, qui doivent mettre les bouchées doubles lors de leur journée de travail afin d'assurer la sécurité des enfants et de leurs collègues.

Pour les propriétaires de garderies familiales, les journées sont parfois très longues.

Des jouets dans une garderie en milieu familial.

Une garderie en milieu familial.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

C’est sûr qu’en étant seule, je dois tout faire seule. Désinfecter les choses seule deux fois par jour comme ils exigent, diminuer beaucoup [la quantité] de jouets, m’assurer quand je cuisine que les enfants ne se touchent pas beaucoup, explique Karinne Guitard.

Elle indique que toutes ces nouvelles tâches l’empêchent de passer autant de temps qu’avant avec les enfants qui se présentent chez elle, une réalité que les touts petits ne comprennent souvent pas encore.

Nadine Cormier dit pour sa part qu’elle voit déjà des changements de comportement chez les enfants : ils se lavent les mains plus souvent, comprennent mieux les microbes, toussent dans leurs coudes.

C’est comme beau à voir, les jeunes, qui prennent leurs distances, qui respectent les règles, admet-elle, émue.

Avec les renseignements de Karine Godin, Téléjournal Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !