•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beck s’offre un album visuel interstellaire en s'alliant avec la NASA

Beck en spectacle.

Beck a lancé mercredi un album visuel en collaboration avec la NASA.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Avec son album Hyperspace, paru en 2019, l’auteur-compositeur-interprète Beck a fait planer ses admirateurs et admiratrices. L’artiste souhaite élever cette expérience à un tout autre niveau en lançant, en contrepartie, son opus visuel Hyperspace: A.I. Visual Exploration, réalisé en collaboration avec la National Aeronautics and Space Administration (NASA).

Beck, qui nous a fait visiter avec sa musique des genres tantôt folk, tantôt néopsychédélique, a misé sur un son plus alternatif pour Hyperspace, son dernier album. Cette tonalité lui offre un immense terrain de jeu visuel.

L'expérience entière est disponible en ligne ici (Nouvelle fenêtre).

Pour mettre en images ses 11 titres, il a choisi de s'associer avec le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, un centre de recherche spatiale national qui réalise notamment des missions robotiques.

Voyage interstellaire

Chaque morceau utilise des données visuelles de missions emblématiques de la NASA, transformées à l’aide de l’intelligence artificielle par Osk, qui a réalisé la série.

Des captations du télescope Hubble animent notamment les chansons Dark Places, Star et Everlasting Nothing.

Pour Hyperlife, le visuel provient du satellite Landsat 8 de la Station spatiale internationale.

Le titre Die Waiting nous transporte quant à lui sur le Soleil à l’aide d’images remixées, tirées d’une mission du Solar Dynamics Observatory.

Avec les informations de Pitchfork

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !