•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée : des entreprises pourraient proposer des solutions

Un entrepôt avec des parcours sportifs.

Des entreprises comme InjaNation voudraient offrir aux parents différentes options s'ils choisissent de ne pas envoyer leur enfant à l'école en septembre.

Photo : InjaNation Fun & Fitness Inc.

Radio-Canada

Des commerces en Alberta voudraient accueillir les enfants qui choisiront l'option de l'apprentissage à distance à la rentrée pour permettre aux parents de travailler. D'après certains modèles, un tuteur serait même sur place pour les accompagner.

Pour les parents qui ne peuvent pas inscrire leur enfant à l’école à distance, mais qui s’inquiètent du retour en classe en personne, des salles de sport et des entreprises ayant un grand entrepôt réfléchissent actuellement à leur offrir une autre option.

Selon un plan mis au point par InjaNation, un centre de jeux et de trampoline à Calgary, les parents pourraient inscrire leur enfant aux cours à distance de leur école, mais il viendrait travailler avec un ordinateur portable dans les locaux de l'entreprise.

L’idée, c’est d’offrir une option sûre aux parents. Le but n’est pas de faire de l’argent ou d’aller à l’encontre des écoles.

Rachel McIntosh, coordinatrice du marketing, InjaNation

En reprenant le même modèle que pour les camps d’été, InjaNation séparerait les enfants en groupe de neuf. Des tuteurs seraient sur place pour répondre aux questions des élèves.

Le coût pour le service de l’entreprise se situerait entre 1000 et 1200 $ par mois.

Laser City, qui possède des salles de paintball à Edmonton et à Calgary, songe à proposer un concept semblable. Le copropriétaire veut toutefois apporter une précision : Nous ne prétendons pas être des enseignants, dit Rob Davy. Nous essayons seulement d’apporter aux enfants la même aide que les parents leur apporteraient.

Cependant, le gouvernement n'approuve pas ce genre de lieux pour les élèves à la rentrée, affirme Colin Aitchison, le porte-parole de la ministre de l'Éducation.

Nous encourageons les parents à faire en sorte que les élèves fréquentent les écoles de l'Alberta en personne ou qu'ils participent aux programmes d'apprentissage à distance dans un environnement dans lequel ils ont confiance, comme chez eux, écrit le porte-parole dans un communiqué mardi.

De son côté, le parti de l'opposition officielle, qui critique le plan de retour à l’école du gouvernement Kenney, juge que la province ne devrait pas fermer la porte à ce concept.

Pourquoi ne s'inspirerait-on pas de leur idée en offrant [...] ce service à tous les élèves et pas seulement à ceux dont les parents ont les moyens de payer des milliers de dollars par mois, demande la porte-parole néo-démocrate en matière d’Éducation, Sarah Hoffman.

Elle ajoute que les options supplémentaires en cours d'élaboration prouvent qu’il y a de l’espace de libre dans les entreprises, les librairies, les églises et les centres communautaires. Selon elle, le gouvernement pourrait utiliser ces lieux pour mieux espacer les élèves et empêcher la propagation de la COVID-19.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !