•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premières victimes de la pyrrhotite reçoivent leur chèque de SNC-Lavalin

Yvon Boivin tient dans ses mains un chèque qu'il attend depuis 2009. Il est dans sa cour arrière.

Yvon Boivin tient dans ses mains un chèque qu'il attend depuis 2009.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C’est un grand jour pour des centaines victimes de la pyrrhotite qui ont finalement obtenu une compensation financière pour les dommages subis après plus de 10 ans de bataille juridique.

850 d’entre eux ont reçu leur chèque par la poste dont Yvon Boivin, l’une des premières victimes, qui attend ce jour depuis 2009.

Il a ouvert ce midi son chèque de 155 000 $, le montant qu’il reste après le déboursé des honoraires d’avocats. L’argent va servir à rembourser le gouvernement pour l’aide financière reçue et à rembourser sa marge de crédit liée aux travaux de réparation.

Il se dit heureux et soulagé, mais tient à préciser que cet argent n'enrichit pas les victimes puisque, par exemple dans son cas, la portion du montant pour les dommages et intérêts correspond à environ 12 000 $.

Quelques milliers de dollars qui n’effaceront pas les années de lutte, de détresse, les problèmes financiers et de santé, les séparations et même les suicides qu’ont dû traverser les victimes avant d’obtenir réparation.

Yvon Boivin souhaite que l’argent qui sera remboursé au gouvernement par les victimes de la première vague avec ces chèques serve à aider les autres victimes de la pyrrhotite, dont celles de la zone grise.

Me Pierre Soucy, l’avocat qui a représenté les victimes, affirme que, sur un montant total d’environ 210 millions de dollars, 85 millions ont été remis à l’APCHQ pour la garantie des maisons neuves.

C’est donc environ 125 millions qui sont divisés entre les 850 victimes de la première vague.

Si ces chèques mettent fin à la saga pour M. Boivin et les premières victimes, d’autres procès sont en attente.

Me Soucy souhaite que le jugement de la cour d’appel permette d’accélérer le processus pour les autres victimes. La deuxième vague de procès comporte plus de 800 victimes et devrait s’amorcer à l’automne.

D’après les informations d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !