•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 23 ans, le chef du NPD dans une position inusitée face à la possibilité d'élections

Mackenzie Thomason ne devait diriger le parti que pour quelques mois.

Mackenzie Thomason porte un nœud papillon orange. Il est debout à l'extérieur par une belle journée d'été.

Mackenzie Thomason est devenu chef du NPD du Nouveau-Brunswick en mars 2019.

Photo : CBC / Jacques Poitras

Radio-Canada

Les rumeurs d’élections générales persistent au Nouveau-Brunswick et l’une des formations politiques de la province se trouve dans une position inusitée.

À 23 ans, le chef par intérim du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Nouveau-Brunswick, Mackenzie Thomason, pourrait se retrouver propulsé en campagne électorale comme visage public d’une formation qu’il s’était engagé à ne représenter que pour quelques semaines.

Il avoue ressentir un peu de panique à l’idée d’une élection prochaine. Ce n’est pas une chose à laquelle je pensais lorsque je me suis engagé à faire le travail, admet-il.

Chef de parti à 21 ans

Mackenzie Thomason avait 21 ans lorsqu’il est devenu chef par intérim en mars 2019. Il était employé d’un hôtel de Fredericton, travaillait pour UPS et livrait des journaux pour Brunswick News.

Il ne devait diriger le NPD que pour quatre mois. Ses responsabilités se limitaient alors à signer les documents que le parti devait soumettre à Élections Nouveau-Brunswick.

Suite à une série d’événements imprévus, M. Thomason, qui a ensuite travaillé comme vendeur de meubles chez Leon, est toujours chef du NPD.

Un congrès sans cesse remis

Le parti devait tenir un congrès à la direction en août 2019, mais on ne s’est pas bousculé pour postuler. La période de candidatures a pris fin sans aucun candidat. La seule personne qui s’est manifestée n’a pas passé l’étape de la validation et a été disqualifiée.

On a alors remis l’élection d’un nouveau chef à juin 2020. La pandémie est venue contrecarrer ce projet, et Mackenzie Thomason attend toujours qu’on le remplace.

Le congrès à la direction du NPD du Nouveau-Brunswick est maintenant prévu pour avril 2021. Trois personnes ont remis les documents nécessaires à leur entrée dans la course. Un comité devra valider leurs candidatures.

À Fredericton, le premier ministre Blaine Higgs pourrait déclencher une élection générale à tout moment. La situation dans laquelle le NPD se trouve ne serait pas un handicap, soutient le chef néo-démocrate.

Les Néo-Brunswickois sont intéressés à ce que nous avons à dire, pas tant à savoir si je suis là sur une base intérimaire ou permanente, dit-il. Ce n’est pas le Parti Mackenzie Thomason, c’est le NPD.

Jennifer McKenzie et Mackenzie Thomason.

Jennifer McKenzie (à gauche) dirigeait le NPD à la dernière élection et Mackenzie Thomason (à droite) lui a succédé.

Photo : Facebook / @MackenzieThomasonNewMarylandSunburyNDP

Intérim ou non, la pente à remonter est abrupte pour le Nouveau Parti démocratique de la province, qui n’a fait élire aucun député à l’Assemblée législative depuis Elizabeth Weir en 2003 et a été blanchi au cours des quatre dernières élections.

Au dernier scrutin, le NPD a récolté 5 % des votes, alors que d’autres tiers partis ont fait des percées majeures : l’Alliance des gens et le Parti vert provincial ont reçu autour de 12 % des suffrages chacun.

Le politologue J. P. Lewis, de l’Université du Nouveau-Brunswick, pense que ces deux formations servent maintenant de refuge de choix pour les électeurs qui ne font pas confiance aux partis plus traditionnels, comme les progressistes-conservateurs et les libéraux.

La bannière du NPD, bien connue nationalement, est selon lui tout ce qui a empêché la branche provinciale du parti de disparaître complètement au Nouveau-Brunswick. C’est vraiment la seule chose qui les empêche d’être sur le bord d’un avenir incroyablement problématique, illustre le professeur Lewis.

Mackenzie Thomason ne souscrit pas à cette interprétation du politologue.

Le NPD, affirme son chef, est toujours un choix que les électeurs doivent envisager. M. Thomason critique le fait que les trois députés verts se sont récemment abstenus de voter sur le projet de loi qui aurait rendu la vaccination des élèves obligatoire.

Il aurait voté en faveur de ce projet de loi, dit-il, et accuse le Parti vert d’inaction dans ce dossier.

Le NPD néo-brunswickois n’a plus de dettes et a récolté 37 000 $ en contributions politiques l’année dernière, davantage que l’Alliance des gens. 

Après avoir récolté 143 votes dans la circonscription de New Maryland—Sunbury en 2018, Mackenzie Thomason entend être candidat du NPD dans Fredericton-Nord à la prochaine élection, mais il espère que cette campagne se déroulera après que les néo-démocrates auront trouvé un nouveau leader.

D’après le reportage de Jacques Poitras, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !