•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat toxique à Rideau Hall : de l’aide psychologique pour les employés

Julie Payette fait un salut de la main en passant devant une agente de la GRC.

Selon des allégations anonymes, la gouverneure générale, Julie Payette, fait régner un « climat de terreur » à Rideau Hall.

Photo : Getty Images / AFP

Radio-Canada

Rideau Hall offre de l’aide psychologique à ses employés, après que certains d'entre eux ont dénoncé un climat de travail toxique et d’intimidation au bureau de la gouverneure générale, Julie Payette.

Selon un courriel interne obtenu par CBC, les employés pourront consulter deux psychologues du travail à partir du 18 août prochain.

Ces séances de téléconsultation seront privées et confidentielles, indique le mémo envoyé aux employés de Rideau Hall mercredi. Selon une source connaissant les rouages internes de Rideau Hall, ces rencontres avec les psychologues sont facultatives. Il n’est pas clair combien d'employés se sentiront à l'aise de les contacter, indique cette source à CBC.

Une vingtaine de personnes ont accusé de façon anonyme à CBC la gouverneure générale Julie Payette et sa secrétaire personnelle Assunta Di Lorenzo de harceler verbalement les employés et de faire régner un climat d’intimidation sur leur lieu de travail. Ces sources ont indiqué que leurs plaintes n’ont pas été entendues et qu’elles étaient toutes filtrées par Mme Di Lorenzo.

Aucune plainte officielle

Selon le bureau de la gouverneure générale, aucune de ces personnes n’a porté plainte officiellement au service des ressources humaines ou de l'ombudsman.

À la suite de ces révélations, Assunta Di Lorenzo, secrétaire de la gouverneure générale, avait promis, dans une note interne envoyée aux employés de Rideau Hall, d’améliorer l’environnement de travail.

Dans une note envoyée au personnel le 31 juillet, Julie Payette a affirmé : Soyez assuré que je prends le harcèlement au travail très au sérieux et soutiens pleinement l'examen de nos pratiques et la poursuite d'actions concrètes pour assurer un environnement de travail sain et sécuritaire pour tous, en tout temps et en toutes circonstances.

Ruth McKay, professeure à l’Université Carleton spécialisée en intimidation en milieu de travail, espère que ces psychologues sont des experts en matière d’intimidation et de harcèlement.

Elle ajoute que Rideau Hall doit examiner sa politique organisationnelle et revoir son mécanisme de dépôt de plaintes.

J’espère qu’il y aura d’autres actions, parce que ce n’est pas tout le monde qui veut parler à des psychologues. De plus, ça donnerait l'impression qu'il ne s'agit que de problèmes interpersonnels, plutôt que des problèmes organisationnels et structurels.

Dans un sondage annuel fait auprès des employés du gouvernement du Canada, 22 % des employés de Rideau Hall ont affirmé avoir été victimes de harcèlement. Parmi ces employés, 74 % ont indiqué que des personnes en position d’autorité étaient responsables de cette intimidation.

Mme McKay estime que la situation à Rideau Hall aurait dû être gérée à l’interne beaucoup plus rapidement. 

Il n’aurait pas fallu médiatiser ces problèmes pour provoquer une intervention. Le meilleur moyen de régler ce type de problème est d’intervenir tôt.

D'après un reportage de d'Ashley Burke, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !