•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba promeut l'assouplissement des restrictions dans une campagne publicitaire

Un panneau d’affichage publicitaire sur lequel est écrit le slogan de la compagne lancée par le gouvernement manitobain.

Le gouvernement progressiste-conservateur du Manitoba achète des panneaux d’affichage, des publicités télévisées et numériques pour promouvoir son Programme de reprise du travail.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba a lancé une campagne publicitaire à travers plusieurs médias afin de promouvoir la levée des restrictions imposées en raison de la COVID-19 et la reprise progressive de l’économie.

La campagne a pour slogan Ready, Safe, Grow, un jeu de mots sur l'expression « À vos marques, prêts, partez » et que l'on pourrait traduire par « Prêts, soyez protégés et croissez ». Elle met l’accent sur la sécurité publique et la croissance économique.

Les panneaux sont visibles à Winnipeg depuis la semaine dernière.

Il est important, selon le premier ministre, Brian Pallister, que la population du Manitoba apprenne à vivre avec la pandémie.

Nous maintenons les mesures pour maintenir des chiffres de COVID-19 au plus bas et protéger la population, alors une partie importante de cette campagne est de continuer à l'informer, a-t-il précisé lors d'un point de presse mercredi après-midi.

Il y a près de 40 000 personnes sans emploi en ce moment, qui travaillaient il y a un an [...] Si nous avons une société plus sûre, les gens auront plus confiance pour aller au travail, aller faire des courses et pour créer plus d’emplois pour ceux qui méritent d'avoir la chance de retourner au travail, a ajouté le premier ministre.

Son bureau indique que la campagne a coûté 250 000 $, pour le moment.

Le premier ministre a répondu aux questions des journalistes à Brandon. Ce secteur de la province est touché par une importante éclosion de COVID-19 depuis deux semaines.

Les journalistes ont demandé à M. Pallister s’il était sage de promouvoir l’assouplissement des restrictions sanitaires alors que la province connaît un nombre record de cas actifs du virus.

La peur et la panique, ce n’est pas un plan, a-t-il rétorqué.

Nous reconnaissons qu’il y a eu plus de cas récemment dans cette partie de la province et nous comprenons que cela devait être une motivation pour faire tout le nécessaire pour empêcher la prolifération des cas, dit Brian Pallister.

Il ne faut pas se laisser emporter par des émotions ou la tendance actuelle. Regardez notre succès à long terme, demandez-vous pourquoi ça a marché, et la réponse devrait vous réconforter, a conclu le premier ministre.

C’est purement de l’autopublicité

Les partis d’opposition critiquent l’approche du gouvernement et déplorent que la campagne n’aide en rien la population. Ils soutiennent que la province gagnerait à lancer une campagne qui la sensibilise à l’importance de continuer à respecter les mesures de sécurité, notamment le lavage de main et la distanciation.

C’est purement de l’autopublicité que fait actuellement le gouvernement. Je ne comprends pas pourquoi il fait cela alors que nous pourrions faire face à une deuxième vague [de cas de COVID-19] à l’automne, dit le chef du Parti libéral, Dougald Lamont.

L’idée de simplement publier un slogan qui n’a vraiment aucun sens et aucune pertinence pour les gens en ce moment n’est pas une bonne utilisation des fonds [publics], déplore le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Wab Kinew. Il ajoute que le gouvernement devrait plutôt accompagner et soutenir les entreprises en difficulté, les personnes en attente de résultats de test de dépistage de la COVID-19 et les parents qui craignent d'envoyer leurs enfants à l’école à la prochaine rentrée.

Même position du côté du directeur de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante pour la région des Prairies, Jonathan Alward. Il souligne qu’il aurait aimé que les communications du gouvernement se concentrent sur l’aide aux petites entreprises afin de permettre aux entrepreneurs de comprendre quels programmes leur sont offerts.

Il explique qu’en raison de la ressemblance de noms des différents programmes annoncés par les gouvernements, beaucoup d’entrepreneurs sont mêlés et ne savent pas toujours lequel est le plus approprié pour eux. De plus, il note que ces derniers ne sont pas habitués à remplir autant de papiers, d’où la nécessité de mieux les accompagne.

Le Manitoba a lancé sa première phase de réouverture de l’économie au mois de mai et est actuellement dans la quatrième phase.

Lundi, le médecin hygiéniste en chef de la province,  Brent Roussin a répété que la population devait apprendre à vivre de manière responsable avec la pandémie.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !