•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascal Gagnon soutient ne pas avoir prémédité le meurtre d'Érick Lavoie en interrogatoire

Pascal Gagnon vêtu d'un habit blanc de prisonnier.

Pascal Gagnon lors de son interrogatoire en 2017.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Radio-Canada

Un enregistrement de l’interrogatoire de Pascal Gagnon, accusé du meurtre au premier degré d’Érick Lavoie, a été diffusé en cour lors du deuxième jour de son procès.

L’interrogatoire avait été réalisé par les policiers quelques heures après la mort d’Érick Lavoie, ancien partenaire d’affaires de l’accusé. Dans cet enregistrement Pascal Gagnon répète à plusieurs reprises qu’il n’avait pas planifié son geste.

Rappelons que c’est Pascal Gagnon qui a appelé le 911, le 4 décembre 2017, pour se livrer aux policiers.

Dans l’enregistrement, il explique aux enquêteurs qu’il avait l’intention, le jour du meurtre, de se rendre chez sa tante à Saint-Paul-d’Abbotsford pour un suivi médical le lendemain, à Granby. Il affirme aussi qu’il transportait son arme puisqu’il souhaitait faire réparer la mire chez un armurier de Windsor.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Meurtre d’Érick Lavoie : la préméditation au coeur du procès

C’est venu d’un coup, a déclaré l’accusé lors d’un interrogatoire

Puisque sa tante est absente à son arrivée, il décide alors de rebrousser chemin. Il se dirige plutôt chez son ancien associé, Érick Lavoie. Ses souvenirs sont ensuite dans la brume. Je ne me rappelle même pas d’avoir cogné à la porte. C’est vraiment comme t’sais, une espèce de tunnel, là tu sais c’est weird, déclare-t-il lors de l’interrogatoire.

Un enquêteur lui demande s’il sait combien de fois il a tiré sur son collègue. Vous le savez, mais moi je ne le sais pas, puis je ne suis pas sûr que ça me tente de le savoir, répond-t-il.

Quand tu es parti hier soir de chez vous, c’était avec l’intention d‘aller tuer?, demande l’enquêteur. Non, pas pantoute, déclare alors M. Gagnon.

La tante contredit l’accusé

La tante de l’accusé a été appelée à la barre des témoins mardi. Elle a déclaré à la cour que le jour du drame, elle était chez elle en après-midi et en soirée.

Elle n’aurait laissé aucune note pour indiquer son absence, contrairement à ce qu’a dit Pascal Gagnon lors de son interrogatoire.

Le procès se poursuit mercredi avec le dépôt du rapport du pathologiste sur les causes de la mort d’Érick Lavoie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !