•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le milieu économique craint les impacts du conflit au Port de Montréal

Le navire cargo Seastar Endeavour devant les installations de Viterra, au port de Montréal.

Le navire cargo Seastar Endeavour devant les installations de Viterra, au port de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le conflit de travail au Port de Montréal pourrait avoir des impacts considérables sur les entreprises de la région, dont les activités sont tributaires de marchandises qui transitent par la voie maritime.

C’est pour cette raison que la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) réclame l’intervention d’Ottawa afin que cessent les moyens de pression le plus rapidement possible.

L’organisme joint sa voix à d’autres regroupements à vocation économique et manufacturière qui réclament tous une intervention gouvernementale. C’est notamment le cas de la Fédération des Chambres de commerce du Québec (FCCQ) et du Conseil du patronat du Québec (CPQ).

La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord compte parmi les 500 signataires qui ont appuyé une déclaration commune dans ce dossier.

Il est important de rappeler que le Port de Montréal est le seul port de conteneurs au Québec et qu’il manutentionne une panoplie de biens de commodités et de matériel utile au bon fonctionnement de nos entreprises, peut-on lire dans un communiqué diffusé en début de soirée, mardi, par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord.

Selon l’organisme, dirigé par Sandra Rossignol, les impacts se font sentir chez les entreprises de la région qui importent et exportent. Il est estimé que 90 % de ce que consomme la population de l'est du Canada arrivent par le Port de Montréal.

À un moment où le contexte économique est très difficile pour les entreprises et que ces dernières tentent de reprendre leurs activités, ce conflit vient ajouter une problématique, en plus d’augmenter l’incertitude et d’affecter la compétitivité des organisations et de notre région, a signifié Sandra Rossignol.

Les horaires de travail sont principalement la source du conflit au Port de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !