•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temps sec : près de 7 M$ versés aux agriculteurs de la région

Une balle de foin en avant-plan d'un paysage agricole.

La première récolte de foin a été désastreuse dans la région (archives).

Photo : Radio-Canada / Emilie Dessureault-Paquette

Le temps sec observé depuis le début de l’été a causé d'importantes pertes de rendement pour les récoltes de foin des agriculteurs de la région.

La Financière agricole vient de verser 6,7 millions de dollars en indemnités aux producteurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, ce qui représente près du tiers de la somme versée aux agriculteurs dans l’ensemble de la province.

C’est principalement relié au manque de pluie, explique le directeur territorial de la Financière agricole, Alain Proulx. Il n’y a presque pas eu de pluie entre le 8-9-10 mai et peut-être le 25 juin, c’est pour ça que la première fauche [de foin] a été affectée, dit-il.

La sécheresse et le déficit hydrique sont arrivés tôt en saison. Ça a affecté la première coupe et la première coupe, c’est souvent là que les producteurs vont chercher le plus gros de leurs rendements.

Alain Proulx, directeur territorial de la Financière agricole pour le Bas-Saint-Laurent–Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Pour pouvoir être indemnisés, les agriculteurs doivent avoir perdu au moins 15 % du rendement de leurs champs. Sans surprise, ce sont les producteurs laitiers, ovins et bovins, qui utilisent les fourrages pour nourrir leurs animaux, qui sont les plus touchés.

Une saison encore plus désastreuse qu’en 2018?

Les indemnités versées jusqu’à maintenant sont plus importantes qu’en 2018 pour la première coupe de foin. En 2018, des pertes record avaient été enregistrées, principalement pour la deuxième récolte.

On est dans des années records. Ce qui fait d’autant plus mal, c’est qu’au Bas-Saint-Laurent, c’est sécheresse par-dessus sécheresse, affirme M. Proulx.

Ce n’est pas pour se plaindre que les agriculteurs disent qu’ils n’ont plus de réserves, c’est qu’ils n’ont pas réussi à en faire en 2017, en 2018, en 2019 et il y a encore une sécheresse en 2020.

Alain Proulx

Jusqu’à maintenant, le temps sec a des impacts particulièrement dans l’est du Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, selon la Financière agricole.

Un champ affecté par la sécheresse au Bas-Saint-Laurent. Normalement, à ce temps-ci de l'année, il devrait être complètement vert.

En 2018, la Financière agricole a versé une somme record de 11,5 millions de dollars en indemnités aux producteurs en raison du temps sec (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette Comeau

Une cellule de crise ainsi qu’un site web pour aider les agriculteurs à s’approvisionner en foin ont été mis sur pied, mais comme presque toute la province est touchée par une pénurie, ça ne garantit pas les résultats parce que le foin est très rare et de plus en plus dispendieux, admet Alain Proulx.

Une balle de foin s'écoule à des prix situés entre 80 et 120 $ cette année, soit environ le double du prix courant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !