•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour P pour Perséides

Les conditions d'observation ne seront malheureusement pas optimales cette année.

Notre photographe a pu capter cette image des Perséides, à Rawdon, au Québec, en 2018.

Notre photographe a pu capter cette image des Perséides à Rawdon, au Québec, en 2018.

Photo : Radio-Canada / Daniel Thomas

Radio-Canada

C'est la nuit prochaine que vous aurez la chance de voir le plus d'étoiles filantes. Les meilleures conditions d’observation des Perséides, ce phénomène estival annuel, sont prévues entre 4 h et 17 h le mercredi 12 août.

Observées depuis l’Antiquité, les Perséides sont des poussières pas plus grosses que des grains de sable.

Chaque année, la Terre passe près de l’orbite de la comète 109P/Swift-Tuttle, dont le sillage est composé de milliards de particules de poussière. Certaines de ces poussières entrent dans l’atmosphère terrestre et s’y désintègrent, ce qui produit une traînée lumineuse de courte durée bien visible à l’œil nu.

La qualité des observations varie d’une année à l’autre en fonction de la distance à laquelle passe la Terre des zones les plus denses de l’essaim de particules et de la présence ou l’absence de la Lune dans le ciel.

Dans les meilleures conditions, la pluie de météores peut produire jusqu’à 100 météores par heure.

Une cuvée 2020 plutôt moyenne

Selon le Planétarium Rio Tinto Alcan, les simulations montrent que la Terre croisera un filament de poussières cométaires plus concentré vers 6 h le matin du 12 août. Malheureusement pour les observateurs de l'est du pays, le jour se lèvera à ce moment.

De plus, la Lune en sera à son dernier quartier, ce qui gênera considérablement les observations durant la période la plus favorable située à la fin de la nuit.

Les astronomes expliquent que les observateurs devront se contenter d’une courte fenêtre de ciel noir dans les heures qui précèdent le maximum, entre 22 h et 1 h du matin, dans la nuit du 11 au 12 août.

Malgré les mauvaises conditions cette année, les amateurs d’astronomie pourront quand même compter une trentaine de météores à l’heure dans un ciel sans pollution lumineuse.

Il sera possible d’observer des étoiles filantes jusqu’au 26 août.

L’année prochaine, les conditions d’observation s’annoncent bien meilleures, puisque la Lune prendra l’apparence d’un fin croissant.

Repères

  • La Terre se déplace à 29 kilomètres par seconde autour du Soleil;
  • Les poussières ont des vitesses de l’ordre de 40 kilomètre à la seconde;
  • Les Perséides plongent dans l'atmosphère terrestre à 60 km/s.

Fuir la lumière

La pollution lumineuse nuit à l'observation des étoiles filantes. Plus le ciel est noir, plus vos observations seront nombreuses. Éloignez-vous des grandes villes!

Pour bien voir les étoiles filantes, il est recommandé de se coucher au sol les pieds pointant vers le nord-est, avec une vue sur la plus grande étendue de ciel possible, sans télescope ni jumelles.

Il faut généralement une trentaine de minutes pour que nos yeux s’adaptent à l’obscurité.

Les autres pluies de météores

  • Les Léonides (constellation du Lion) se déroulent autour du 18 novembre. Elles donnent lieu à de véritables orages, brefs, mais très intenses.
  • Les Géminides (constellation des Gémeaux) se produisent autour du 14 décembre. Elles sont aussi intenses que les Perséides.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !