•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

61 millions d’objets recyclables récoltés par SARCAN en juillet

Un employé de la société de recyclage SARCAN en train de travailler. Devant lui, des dizaines de canettes.

SARCAN a procédé au recrutement de 200 employés en Saskatchewan pour faire face à la demande (archives).

Photo : CBC

Radio-Canada

Après la fermeture des centres de l’entreprise de collecte de contenants recyclables SARCAN entre mars et juin, causée par la pandémie de COVID-19, les centres de recyclage de l'entreprise saskatchewanaise ont reçu un montant record d’objets recyclables durant le mois de juillet.

Nous avons collecté 61 millions de contenants recyclables, notre précédent record a été pulvérisé. L’ancien record se situe aux environs de 47 millions d’objets, affirme le responsable des communications de SARCAN, Sean Homenick.

S'il n’a pas pu donner de détails précis sur le type de déchets recyclables que le public rapportait majoritairement, Sean Homenick indique que le nombre de canettes et de bouteilles en aluminium dépasse celui du verre et des bouteilles cartonnées.

Les clients alignés devant le dépôt de Broadway à Saskatoon lundi semblaient résignés à rester en plein soleil.

C'est la troisième fois que je viens ici depuis la réouverture, raconte Eugène Paquin, ses deux sacs de déchets remplis de canettes et de plastique en main. C'est ce que j'ai accumulé quand l'entrepôt était fermé. J'ai la chance d'être à la retraite, alors la vie est belle.

Quelques pas plus loin, Ann Jones patiente dans la file, avec un sac surdimensionné rempli de contenants de lait en plastique et un second sac rempli de canettes. Je viens deux ou trois fois par an. Ce qui se trouve dans mes sacs représente en moyenne deux à trois mois [d'objets à recycler], explique-t-elle.

Une adaptation forcée par la COVID-19

Selon Sean Homenick, les files d’attente à l'extérieur des dépôts reflètent notamment l'adoption par SARCAN des protocoles sanitaires en raison de la COVID-19.

Par exemple, pour maintenir la distance physique, les dépôts n’autorisent qu’une seule personne par station de tri à la fois. En conséquence, le processus de tri et de comptage est ralenti, affirme M. Homenick.

Pour faire face à la demande et réduire l’attente, SARCAN a procédé au recrutement de 200 employés supplémentaires en Saskatchewan.

Toutefois, selon Sean Homenick, la population s’adapte aussi. Le système drop and go, qui permet à chaque personne de venir déposer ses objets recyclables et de se faire payer plus tard par chèque ou par voie électronique, devient un choix de plus en plus populaire.

Nous avons assisté à une croissance explosive de cette façon de recycler, explique M. Homenick. Avant la fermeture des centres et la pandémie de COVID-19, le système de dépôt représentait environ 3 % du volume total des contenants recyclables de SARCAN.

Maintenant, ce pourcentage se situe entre 45 et 60 %.

Avec les informations de Dan Zakreski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !