•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Usine Kruger : un plan de relance à l’étude, assure le ministre Fitzgibbon

Pierre Fitzgibbon devant des drapeaux du Québec.

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, dit comprendre l'inquiétude des travailleurs de Kruger, à Sherbrooke (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, dit comprendre l'inquiétude des travailleurs de Kruger, à Sherbrooke, en congé forcé depuis le 3 avril. Il affirme travailler de concert avec l'entreprise pour trouver une solution et reprendre les activités.

Un projet de plusieurs centaines de millions de dollars serait à l'étude depuis quelques mois, selon le ministre Fitzgibbon. On travaille étroitement avec l’entreprise. Ce sont des projets qui prennent du temps, indique-t-il en entrevue à l’émission Écoutez l’Estrie.

C’est un projet qui fait beaucoup de sens pour avoir de la valeur ajoutée dans les produits qui vont être faits dans l’usine de Brompton, poursuit-il.

Le ministre Fitzgibbon dit être en discussions avec l’entreprise Kruger concernant le partage de risques. Dans ces projets-là, le gouvernement ne doit pas être le seul à mettre de l’argent. Il doit y avoir un partage de risque et c’est quelque chose [à laquelle] je tiens beaucoup. [...] Ce n’est pas le gouvernement qui va financer une usine, seule, souligne-t-il.

Du côté de Kruger, on explique évaluer différents scénarios. Toutefois, l'entreprise a fait savoir par courriel qu'elle n'accordera pas d'entrevue à ce sujet.

Action de visibilité du syndicat

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des pâtes et du papier de Brompton-CSN a mené une action de visibilité mardi matin au centre-ville de Sherbrooke pour réclamer un soutien de l’État pour la relance de l’usine.

Une douzaine de membres s’étaient donné rendez-vous vers 7h30 mardi matin pour distribuer des tracts aux automobilistes, explique le président du syndicat, Sébastien Carrier-Provencher.

L’objectif de cette action est d’inciter les citoyens à démontrer leur appui à la relance de l’usine Kruger de Bromptonville, qui est fermée depuis le 3 avril dernier.

Ça fait plus de 4 mois que c’est fermé. On n'a pas vraiment de nouvelles du côté de l’employeur. Les gens sont laissés un peu dans le néant quant à savoir s’il y a une reprise ou non des activités.

Une citation de :Sébastien Carrier-Provencher, président du syndicat

Le syndicat a lancé une pétition il y a deux semaines, qui a récolté près de 2500 signataires. Les signataires souhaitent notamment que le gouvernement du Québec contribue activement aux travaux de relance des activités de l’usine Kruger de Bromptonville.

On veut inciter les citoyens à signer la pétition et la partager la plus massivement possible. Notre but c’est d’interpeller la députée Geneviève Hébert pour aller chercher l’appui du gouvernement pour la relance de l’usine à Brompton, souligne le président du syndicat, M. Carrier-Provencher.

L’entreprise Kruger avait expliqué par voie de communiqué en mars dernier avoir été contrainte de fermer son usine temporairement en raison des conditions de marché défavorables, qui se sont détériorées dans ce contexte de pandémie.

La députée Geneviève Hébert n'a pas souhaité accorder d'entrevue sur ce dossier. La députée de Saint-François continue de suivre le dossier. Elle n’a rien à ajouter pour le moment. C’est à l’employeur de s’adresser à ses employés, a précisé son équipe, par courriel.

L’usine de Brompton compte 272 employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !