•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée scolaire : les masques « joueront un rôle important » en Colombie-Britannique

Des élèves portent un masque.

La province surveillera de près les protocoles mis en œuvre par les autres provinces afin de déterminer la meilleure voie à suivre pour la Colombie-Britannique, indique le ministre de l'Éducation, Rob Fleming.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Bien que le port du masque ne soit pas obligatoire dans les écoles en Colombie-Britannique, celui-ci jouera tout de même « un rôle important » lors de la rentrée scolaire en septembre, indique le ministre de l'Éducation de la province, Rob Fleming.

Le gouvernement fournira des masques aux écoles pour les situations où la distanciation physique est impossible à maintenir.

Certaines provinces n'imposent pas les masques et ne les fournissent pas. Nous les fournirons et les exigerons dans certaines situations, soutient Rob Fleming.

Lundi, le Québec a annoncé que tous les élèves devront porter un masque à partir de la 5e année du primaire. Il devra être porté dans les lieux communs, dans les halls d’entrée, dans les corridors, mais pas dans les classes.

Rob Fleming assure qu'il surveillera les protocoles mis en œuvre par les autres provinces afin de déterminer la meilleure voie à suivre.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Un défi

S’il existe assurément une place pour les masques dans un plan sanitaire pour les écoles, la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, croit que ceux-ci ne devraient pas être portés dans les salles de classe, où ils nuiraient à la capacité d’apprendre .

Les masques seront importants dans les écoles dans les situations où on ne peut maintenir la distanciation sociale, notamment dans les couloirs, précise la Dre Bonnie Henry.

La Dre Bonnie Henry et Adrian Dix au micro.

Les élèves ne devraient pas rester assis avec un masque pendant de longues périodes de temps, croit la Dre Bonnie Henry.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur/CBC

C'est un défi, reconnaît cette dernière.

Croire qu'un jeune enfant peut rester assis toute la journée dans une salle de classe avec un masque est probablement irréaliste.

Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la province

La Dre Henry est d'avis que les mesures prévues par le ministère de l'Éducation, notamment la réduction du nombre d'élèves par salle de classe et l'augmentation des effectifs de nettoyage permettront de maintenir un environnement sécuritaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !