•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : nombreux sont ceux qui craignent de prendre le transport en commun

Une femme portant un masque descend d'un autobus.

Le nombre de Canadiens qui utilisent les transports collectifs a fortement diminué depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

La Presse canadienne

Près des trois quarts des anciens usagers des transports en commun qui se sentent en sécurité de revenir à leur lieu de travail sont inquiets de reprendre l'autobus, le train ou le métro, révèle une nouvelle étude de Statistique Canada.

L'enquête intitulée Se rendre au travail durant la COVID-19 indique également que 94 % des anciens utilisateurs des transports en commun qui ne se sentent pas à l'aise de revenir sur leur lieu de travail mentionnent la crainte de ce mode de déplacement.

Sans surprise, le nombre de Canadiens qui ont recours aux transports en commun pour se rendre au travail a chuté depuis le début de la pandémie, passant de 13 % à 3 %, selon les données dévoilées lundi.

Parmi les anciens usagers des transports en commun qui doivent toujours se rendre à leur lieu de travail, environ les trois quarts ont opté pour la voiture et le cinquième pour la marche ou le vélo.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Covid-19: changement des habitudes de transport

De manière générale, 67 % des travailleurs ont recours à leur voiture pour se rendre au travail contre 75 % avant la crise, note l'agence fédérale.

Statistique Canada estime que la baisse d'utilisation des véhicules personnels et du transport en commun s'explique en partie par le fait que le nombre de Canadiens en télétravail a plus que quintuplé, passant de 4 % à 22 %.

L'enquête a été menée du 15 au 21 juin auprès d'un panel de 4209 Canadiens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !